Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Peut-on optimiser la congélation des spermatozoïdes testiculaires? L’expérience du Centre Hospitalier de Poissy Saint-Germain

  • Bruno Guthauser1,
  • Marc Bailly2,
  • Martine Albert1,
  • Florence Merlet3,
  • Raoul Lombroso2,
  • Robert Wainer2,
  • Martine Bergere1 et
  • Jacqueline Selva1Email author
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française12:BF03034651

https://doi.org/10.1007/BF03034651

The Erratum to this article has been published in Andrologie 2003 13:BF03034417

Resume

Il n’existe pas de facteur prédictif fiable permettant de pronostiquer avec certitude la présence ou l’absence de spermatozoïdes testiculaires chez les hommes atteints d’azoospermie sécrétoire. La proportion de biopsies testiculaires négatives chez ces patients est élevée, et il est donc préférable de pas pratiquer de manière synchrone la biopsie testiculaire et le cycle d’ICSI. Nous présentons ici notre expérience concernant 74 biopsies testiculaires effectuées pour azoospermie sécrétoire, ayant donné lieu à 60 cycles d’ICSI (25 couples). Les résultats sont comparés à ceux obtenus lors de 81 cycles d’ICSI effectués avec du sperme testiculaire ou épididymaire congelé lors d’indications excrétoires. Les spermatozoïdes sont congelés en petits volumes (micro-gouttes), ceci facilitant leur recherche après décongélation, et permettant d’augmenter le nombre de paillettes congelées. II est alors possible de procéder à plusieurs cycles d’ICSI pour une même biopsie testiculaire, y compris lorsque le tissu testiculaire est très pauvre en spermatozoïdes. Les résultats obtenus sont comparable dans les deux groupes, avec un taux de grossesse clinique par transfert embryonnaire de 18% dans les indications sécrétoires et de 26% dans les indications excrétoires. La réalisation systématique de la biopsie testiculaire et du cycle d’ICSI de façon asynchrone préserve les chances de grossesse du couple quel que soit l’étiologie de l’azoospermie, et permet une meilleur gestion de la prise en charge des couples concernés.

Mots clés

azoospermiecongélation de spermatozoïdesICSI

Notes

Advertisement