Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Analyse du statut oxydatif spermatique chez des patients infertiles

Basic and Clinical Andrology201222:198

https://doi.org/10.1007/s12610-012-0198-8

Reçu: 20 mars 2012

Accepté: 14 aôut 2012

Publication: 4 octobre 2012

Résumé

Introduction

L’infertilité masculine constitue un problème de santé publique. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce phénomène. Actuellement, le stress oxydatif est incriminé comme l’une des principales causes. Dans notre étude, nous avons cherché une corrélation entre les marqueurs du stress oxydatif et les caractéristiques spermatiques (numération, mobilité, morphologie).

Matériel et méthodes

Nous avons évalué le statut oxydatif spermatique de 129 sujets infertiles. Ces sujets sont caractérisés par une infertilité de durée variable. Ils ont été subdivisés en quatre groupes: des sujets normozoospermiques considérés comme témoins (n=34); des asthénozoospermiques (Asthéno, n=43); des oligozoospermiques (Oligo, n=22) et tératozoospermiques (Térato, n=30). Parmi les marqueurs du stress oxydatif, nous avons évalué, dans le plasma séminal, le zinc, le calcium, le magnésium et le sélénium par spectrométrie d’absorption atomique à flamme et à four. Le malondialdéhyde (MDA) est dosé par spectrofluorométrie.

Résultats

Les résultats de notre étude montrent que les concentrations séminales du zinc et du sélénium sont plus élevées chez les normozoospermiques que les concentrations de ces mêmes éléments chez les autres groupes. La concentration séminale en zinc est significativement corrélée avec la numération spermatique (r=0,49; p<0,001) et le MDA (r=−0,35; p<0,05). La mobilité des spermatozoïdes est corrélée avec le calcium (r=0,41; p<0,001) et le magnésium (r=0,31; p<0,05). La concentration du MDA est plus élevée chez les trois groupes de patients: oligospermiques (3,22±1,37 μg/ml), asthénospermiques (3,52±1,93 μg/ml) et tératospermiques (3,64±1,73 μg/ml) par rapport aux témoins (2,32±0,94 μg/ml). Une seule corrélation positive a été observée entre le MDA et la morphologie (r=0,19; p<0,05).

Conclusion

Notre étude confirme que le stress oxydatif joue un rôle important dans le processus des altérations des spermatozoïdes. Les radicaux libres peuvent, en effet, modifier la structure membranaire ainsi que celle de l’acide désoxyribonucléique. Ces altérations conduisent aussi à une augmentation du pourcentage de spermatozoïdes de formes anormales.

Mots clés

InfertilitéStress oxydatifÉléments trace

Advertisement