Open Access

Analyse du statut spermatique, érectile et hormonal chez des patients hémodialysés

  • M. Ajina1Email author,
  • M. Zaouali2,
  • W. Loussaief1,
  • N. Benjamaa1,
  • S. Boughizane3,
  • A. Frih4,
  • M. El May4 et
  • A. Saad1
Basic and Clinical Andrology201121:119

https://doi.org/10.1007/s12610-011-0119-2

Reçu: 15 janvier 2010

Accepté: 11 janvier 2011

Publication: 9 février 2011

Résumé

But

Le but de notre travail était d’établir le profil hormonal, érectile et spermatique chez les patients hémodialysés et de rechercher l’impact des perturbations hormonales sur la fonction érectile (FE) et les paramètres spermatiques.

Patients et méthodes

Nous avons réalisé une étude transversale chez 30 sujets hémodialysés chez qui un spermogramme a été réalisé parallèlement à un bilan hormonal qui incluait le dosage sérique de FSH (follicle-stimulating hormone) et la testostérone totale. La FE a été évaluée par l’étude de l’indice international de la FE dans sa version française (IIEF-5). Le dosage des hormones sexuelles a été fait par la technique radio-immunologique, et la pratique du spermogramme a été faite selon les recommandations de l’OMS.

Résultats

Deux patients seulement avaient un spermogramme et un bilan hormonal normaux, l’IIEF était normal chez un seul patient.

Les patients azoospermiques (16 %) présentaient un eugonadisme hypergonadotrophique. Quarante pour cent des patients avaient une hypospermie. Un tiers des patients présentait une oligozoospermie sévère associée à un taux élevé de FSH dans 77 % des cas.

La mobilité et la morphologie spermatique étaient altérées dans respectivement 96 et 50 % des cas. Le bilan hormonal montrait une élévation de la FSH (> 8,5 mUI/ml) chez 40 % des patients, et la testostéronémie était diminuée (< 3,2 ng/ml) chez 25 % des patients. Deux patients présentaient un hypogonadisme franc (testostérone < 2 ng /ml).

Discussion

Le volume de sperme était diminué de façon significative chez les patients de plus de 30 ans. La FE était perturbée dans 73 % des cas avec un IIEF moyen de 15 (IIEF normal > 20). Plusieurs auteurs ont mis en évidence une corrélation entre le dysfonctionnement gonadique et les taux élevés de gonadotrophines chez l’homme présentant une insuffisance rénale chronique, avec ou sans atrophie testiculaire. Dans notre série, la testostéronémie était normale chez nos patients malgré l’absence de prise d’androgène. Les séances d’hémodialyses permettent-elles de préserver la fonction endocrine des testicules ?

Conclusion

Les patients au stade d’hémodialyse chronique d’une durée supérieure à un an présentaient un eugonadisme hypergonadotrophique ainsi qu’une insuffisance érectile. L’ancienneté de l’hémodialyse n’altère pas de manière significative les paramètres spermatiques ni la FE. Les patients d’un âge supérieur à 30 ans présentaient une diminution significative du volume spermatique qui pourrait être un marqueur déterminant de l’atteinte de la FE et de la fonction reproductive.

Mots clés

Hémodialyse Sperme Érection Hormones sexuelles

Advertisement