Open Access

La dysfonction érectile associée à une hypertrophie bénigne de prostate (HBP) symptomatique: son lien avec le stade évolutif de l’HBP, et son évolution sous différentes thérapeutiques

  • A. Khallouk1, 2Email author,
  • Y. Ahallal2,
  • S. Mellas2,
  • M. Fadl Tazi2,
  • M.J. Elfassi2 et
  • M.H. Farih2
Basic and Clinical Andrology201020:106

https://doi.org/10.1007/s12610-010-0106-z

Reçu: 13 janvier 2010

Accepté: 9 septembre 2010

Publication: 30 septembre 2010

Résumé

Introduction

Il existe une association entre les troubles mictionnels de l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) et la dysfonction érectile (DE) dont la physiopathologie n’est pas complètement élucidée. De nombreuses publications ont mis l’accent sur le rôle de la sévérité des symptômes urinaires dans cette association et sur les résultats des différentes thérapeutiques utilisées. Aucune publication n’a jamais évoqué l’effet du stade évolutif des symptômes urinaires avec apparition de complications sur la DE.

Objectifs

Évaluer la corrélation entre la DE et le stade évolutif des troubles urinaires chez des patients présentant une HBP, et étudier l’évolution de cette DE sous différentes thérapeutiques.

Matériel et méthodes

Il s’agit d’une étude prospective menée sur une période de 12 mois, au CHU de Fès au Maroc, pendant laquelle ont été vus en consultation d’urologie 100 patients souffrant de troubles urinaires du bas appareil (TUBA) secondaires à une HBP. Leur fonction érectile avait été évaluée à l’aide du questionnaire IIEF-5 (Index international de la fonction érectile). Dans notre population, il n’était pas possible d’utiliser de façon fiable l’IPSS (International Prostatic Symptoms Score) ni d’avoir une idée exacte sur le début de la symptomatologie mictionnelle. Ainsi, nous avions étudié chez nos patients l’âge, le stade évolutif de l’HBP (HBP compliquée ou non) et la réponse de la DE aux différents traitements utilisés.

Résultats

L’âge moyen de nos patients était de 64,3 ans. Quarante patients (40 %) avaient une HBP compliquée et 60 patients une HBP non compliquée. La fonction érectile était fortement altérée chez 30 patients (75 %) ayant une HBP compliquée et chez 20 patients (33 %) ayant une HBP symptomatique non compliquée nécessitant un traitement médical. Le traitement médical par un alphabloquant (tamsulosine) avait contribué à améliorer la fonction érectile chez 12 patients de ce groupe (20 %). Les patients ayant une HBP compliquée avaient bénéficié d’un traitement chirurgical (résection transurétrale de prostate, RTUP, ou chirurgie ouverte), et la fonction érectile n’a pas été statistiquement améliorée dans ce groupe de patients.

Conclusion

Le risque de DE chez les patients présentant une HBP est lié au stade évolutif de l’HBP. En effet, ce risque est beaucoup plus important chez les patients ayant une HBP compliquée. Le traitement médical par un alphabloquant améliore la fonction érectile. Par contre, statistiquement parlant, la chirurgie n’améliore pas celle-ci.

Mots clés

Trouble du bas appareil urinaire Hypertrophie bénigne de la prostate Dysfonction érectile

Advertisement