Open Access

Les larges vacuoles des têtes spermatiques sont-elles associées à des altérations du noyau ou de l’acrosome du spermatozoïde ?

  • A. Travers1,
  • A. Perdrix1,
  • F. Legrand1,
  • J.-P. Milazzo1,
  • J.-L. Do Rego2,
  • D. Escalier3, 4,
  • B. Macé1 et
  • N. Rives1Email author
Basic and Clinical Andrology201020:91

https://doi.org/10.1007/s12610-010-0091-2

Reçu: 5 mars 2010

Accepté: 7 mai 2010

Publication: 21 juin 2010

Résumé

Objectifs

Rechercher la présence d’altérations nucléaires ou acrosomiques dans les spermatozoïdes présentant des vacuoles occupant au moins 13 % de la surface de la tête des spermatozoïdes (spermatozoïdes dits de type 3), détectées à l’aide de la technique MSOME (motile sperm organelle morphology examination).

Matériel et méthodes

Notre étude a été effectuée sur des recueils de sperme de 20 hommes infertiles. Une évaluation de l’acrosome par immunomarquage à l’aide d’un anticorps monoclonal antiproacrosine (Mab4D4) a été associée à une détection de la fragmentation de l’ADN par la technique TUNEL. La condensation de la chromatine spermatique a été évaluée par une coloration au bleu d’aniline, et le taux d’aneuploïdie a été déterminé par hybridation in situ en fluorescence (FISH). Une observation des échantillons spermatiques par microscopie électronique à transmission (MET) [sperme entier] et confocale [spermatozoïdes de type 3 isolés] a complété ces analyses. Les résultats ont été comparés entre des spermatozoïdes provenant du sperme entier et des spermatozoïdes de type 3 isolés.

Résultats

Une augmentation significative de la proportion d’acrosomes anormaux a été constatée dans les spermatozoïdes isolés de type 3 par comparaison au sperme entier (77,8 ± 2,49 % vs 70,6 ± 2,62 %). La fragmentation de l’ADN a été observée de manière comparable dans les spermatozoïdes de type 3 et le sperme entier (14,5 ± 3,45 % vs 11,5 ± 1,25%), un défaut de condensation de la chromatine ainsi qu’une augmentation significative du taux d’aneuploïdie ont été retrouvés dans les spermatozoïdes isolés par comparaison à ceux provenant du sperme entier (50,4 ± 3,10 % vs 26,5 ± 2,60 % et 7,8 ± 1,98 % vs 1,3 ± 0,18 %). Les larges vacuoles sont à localisation nucléaire exclusive (MET et microscopie confocale).

Conclusion

Les vacuoles seraient en relation directe avec un défaut de maturation nucléaire survenant au cours de la spermiogenèse.

Mots clés

Aneuploïdie Chromatine MSOME Spermatozoïdes Vacuoles

Advertisement