Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

En France, la majorité des donneurs de spermatozoïdes souhaite le maintien de leur anonymat

  • J.-M. Kunstmann1, 2Email author,
  • P. Jouannet1,
  • J.-C. Juillard1,
  • J.-L. Bresson2 et
  • La Fédération française des Cecos
Basic and Clinical Andrology201020:70

https://doi.org/10.1007/s12610-010-0070-7

Reçu: 3 février 2010

Accepté: 7 février 2010

Publication: 4 mars 2010

Résumé

En France, l’anonymat du donneur de sperme, principe jusqu’alors jugé essentiel et qui avait été réaffirmé par deux fois dans les lois de bioéthique, se trouve aujourd’hui remis en question. Dans ce contexte, il est apparu utile aux Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme (Cecos) de connaître l’avis de ceux qui sont à l’origine de ces dons. En 2006, 193 donneurs de sperme recrutés dans 14 Cecos ont accepté de répondre anonymement à un questionnaire sur le sujet: 73 % étaient en accord avec le principe de l’anonymat, et moins de 30 % pensaient que la future législation devrait offrir aux enfants la possibilité de connaître l’identité du donneur. Si l’anonymat était levé, 60 % des hommes renonceraient à donner leur sperme. En revanche, la même proportion serait d’accord pour communiquer des informations non identifiantes les concernant aux parents et aux enfants.

Mots clés

Don de spermeDonneur de spermeAnonymatConception par donInformation de l’enfantStérilité masculine

Notes

Advertisement