Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

L’entretien psychologique systématique pour les couples optant pour l’IAD: huit ans d’expérience clinique dans une législation prévoyant la levée de l’anonymat du donneur

Basic and Clinical Andrology201020:59

https://doi.org/10.1007/s12610-009-0059-2

Reçu: 30 septembre 2009

Accepté: 8 décembre 2009

Publication: 14 janvier 2010

Résumé

La loi sur la procréation médicalement assistée (LPMA) est entrée en vigueur en Suisse en 2001. La PMA est subordonnée au bien de l’enfant, et seul un couple marié peut recourir au don de sperme. Concernant l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD), la loi a prévu que l’enfant âgé de 18 ans révolu peut obtenir des données concernant l’identité du donneur, et même, en cas d’intérêt légitime, il a le droit d’obtenir toutes les données relatives au donneur. Il est précisé également qu’une assistance psychologique doit être offerte aux couples avant, pendant et après un traitement. L’Unité de médecine de la reproduction (UMR) et le Centre de procréation médicalement assistée (CPMA) à Lausanne ont développé depuis une douzaine d’années une assistance psychologique ajustée à chaque couple appelée « bilan des ressources ». Dans le cas des demandes d’IAD, des questions spécifiques sont discutées, entre autres: faut-il parler à son entourage, à l’enfant de l’origine de sa conception, comment et quand en parler ? Ces questions peuvent aussi être abordées dans des groupes de couples concernés par le sujet de manière fructueuse. Notre expérience nous montre que ces entretiens psychologiques systématiques aident les couples à cheminer tranquillement dans leur réflexion sur le thème du secret, de l’attachement, du droit de l’enfant à savoir d’où il vient.

Mots clés

InséminationDon de spermeStérilitéProcréation médicalement assistéeEntretien psychologiqueAnonymat

Advertisement