Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Prise en charge de l’infécondité dans les troubles de l’éjaculation: avis conjoints de l’andrologue, du biologiste et du gynécologue

  • F. Marcelli1,
  • M. Leroy2,
  • G. Robin2,
  • P. Saint-Pol3,
  • J.-M. Rigot1 et
  • V. Mitchell4Email author
Basic and Clinical Andrology200919:49

https://doi.org/10.1007/s12610-009-0049-4

Reçu: 6 octobre 2009

Accepté: 15 octobre 2009

Publication: 12 novembre 2009

Résumé

Quatre-vingts pour cent des hommes qui présentent des troubles de l’éjaculation sont en âge de procréer, mais seul 5 à 10 % en sont spontanément capables. Du sperme antérograde et/ou rétrograde peut être recueilli par éjaculation assistée en association à des traitements pharmacologiques (chlorhydrate de minodrine-vibroéjaculation). En cas d’échecs de recueil de sperme et d’azoospermie, l’extraction chirurgicale des spermatozoïdes épididymaires ou testiculaires permet d’obtenir des spermatozoïdes, en quantité généralement moins importante que les techniques d’éjaculation assistée, mais non infectés et dépourvus de plasma séminal (souvent délétère dans les troubles de l’éjaculation). Même en cas d’éjaculation antérograde, il est impératif de recueillir les urines systématiquement à la recherche d’une éjaculation rétrograde, fréquente dans les troubles de l’éjaculation. Au laboratoire, l’analyse du sperme et de l’urine s’effectue par les méthodes de routine standardisées. La plupart des hommes présentant des troubles de l’éjaculation ont un sperme de mauvaise qualité (asthénospermie, nécrospermie, leucospermie). Les étiologies de la dégradation des paramètres du sperme sont multifactorielles, d’origine centrale et périphérique (testiculaire et extratesticulaire). Optimiser la qualité du sperme et des spermatozoïdes reste un challenge d’actualité dans les troubles de l’éjaculation. Si la cryopréservation doit être systématique, l’utilisation du sperme frais optimisé a généralement la préférence. Réussir à obtenir du sperme offre au couple une chance de grossesse naturelle (rarement) grâce à une éjaculation coïtale, par auto-insémination, par insémination intra-utérine, par fécondation in vitro conventionnelle (FIVc) ou injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI) dans l’ovocyte. Dans les troubles de l’éjaculation, la prise en charge de la fécondité de l’homme doit être la plus rapide possible. Elle s’effectue conjointement à celle de la femme par une équipe coordonnant l’andrologue, le biologiste et le gynécologue.

Mots clés

ÉjaculationSpermeFécondanceProcréationBilan féminin

Advertisement