Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Les complications urinaires des traumatismes du bassin: aspects anatomocliniques et thérapeutiques au CHU de Conakry, Guinée

  • I. Bah1,
  • A. Bobo Diallo1Email author,
  • T. Camara2,
  • M. L. Bah3,
  • T. M. O. Diallo1,
  • B. Amougou1,
  • K. Kouyaté1 et
  • M. Bobo Diallo1
Basic and Clinical Andrology200919:37

https://doi.org/10.1007/s12610-009-0037-8

Reçu: 14 mai 2009

Accepté: 21 septembre 2009

Publication: 27 octobre 2009

Résumé

Objectif

Ressortir les aspects anatomocliniques et évaluer les résultats thérapeutiques d’une série de complications urinaires des traumatismes du bassin suivie au service d’urologie-andrologie du CHU de Conakry.

Matériel et méthode

Il s’agit d’une étude rétrospective colligeant 52 cas de complications urinaires des traumatismes du bassin sur une période de cinq ans.

Résultats

Les complications urinaires des traumatismes du bassin représentaient 3 % de l’ensemble des hospitalisations durant la période d’étude. L’âge moyen de nos patients était de 33 ans, avec des extrêmes de 10 et 63 ans. Les traumatismes étaient dus aux accidents de la voie publique dans 54,9 % des cas. Sur le plan clinique, la symptomatologie était essentiellement constituée par la rétention aiguë d’urines avec 80,7 % des cas et d’hémorragie (hématurie et urétrorragie). La principale complication urinaire observée après le traumatisme du bassin était une lésion de l’urètre postérieur, avec 82,7 % des cas. Tous les patients ont bénéficié d’un traitement chirurgical. Les résultats thérapeutiques ont été jugés après un recul moyen de 52 mois sur les plans urinaire et sexuel. Ainsi, sur le plan urinaire, les résultats ont été jugés bons dans 59,6 % des cas, moyens dans 17,3 % et mauvais dans 23,1 % des cas. Sur le plan sexuel, on a noté que 53,8 % (n = 28) des patients ne présentaient pas de dysfonction érectile, 25 % (n = 13) des patients avaient une dysfonction modérée et 21,2 % (n = 11) une dysfonction sévère.

Conclusion

La prise en charge des complications urinaires des traumatismes du bassin est controversée, cependant, nous insistons sur la nécessité d’une étroite collaboration avec les orthopédistes, car la stabilisation des fractures du bassin constitue un élément capital de cette prise en charge.

Mots clés

ComplicationsTraumatismeBassinLésionUrètre

Advertisement