Open Access

Aspects cliniques et biologiques de l’azoospermie chez l’homme infertile en Tunisie

  • Leila Ammar-Keskes1, 2Email author,
  • Nozha Chakroun1,
  • Afifa Sellami Ben Hamida1,
  • Lobna Hadj-Kacem2,
  • Nouha Bouayed-Abdelmoula1,
  • Hammadi Ayadi2,
  • Mohamed Nabil Mhiri3,
  • Tarek Rebai1 et
  • Ali Bahloul3
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française17:BF03041157

https://doi.org/10.1007/BF03041157

Reçu: 15 mars 2006

Accepté: 15 octobre 2006

Resume

Objectifs

L’exploration de l’homme azoospermique est aujourd’hui d’un intérêt capital compte tenu des progrès récents des techniques d’Assistance Médicale à la Procréation, essentiellement l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde, qui permet désormais à des hommes considérés définitivement infertiles, de devenir pères avec leurs propres gamètes. Nous rapportons ici les résultats d’une étude rétrospective, effectuée sur 54 patients infertiles tunisiens, suivis pour exploration d’une azoospermie et nous discutons les aspects clinico-biologiques et étiologiques de ces perturbations majeures du sperme.

Matériel et Méthodes

L’étude a comporté l’analyse descriptive, rétrospective des données de l’examen clinique et des explorations complémentaires (biologie séminale, bilan hormonal, examens génétiques, etc).

Résultats

Nous avons trouvé que 43 cas d’azoospermie étaient d’origine sécrétoire et 7 cas d’origine excrétoire. Un cas était d’origine mixte et 3 autres d’origine indéterminée. L’azoospermie était associée à une atrophie/hypotrophie testiculaire clinique ou échographique dans 43,9% des cas, à une FSH élevée dans 58,5% des cas et à des anomalies chromosomiques dans 31,4% des cas. Les aberrations étaient à type de syndrome de Klinefelter (9 cas), syndrome de mâle 46,XX (1 cas) et inversion péricentrique d’un chromosome 12 (1 cas). Les microdélétions du chromosome Y, la varicocèle, la cryptorchidie, l’infection urogénitale et les causes obstructives, étaient observées chez, respectivement 25%; 48,8%;13,9%; 9,5% et 13% des patients azoospermiques. Aucune anomalie génétique et hormonale n’a été trouvée dans les cas de déficiences spermatiques d’origine excrétoire; cependant un tableau d’infection uro-génitale a été trouvé dans environ la moitié des cas.

Conclusion

Conformément à la littérature, dans la population tunisienne, l’azoospermie est essentiellement d’origine sécrétoire et est causée principalement par les anomalies génétiques.

Mots clés

azoospermie anomalies génétiques exploration infertilité masculine

Advertisement