Skip to content

Advertisement

  • Article Original
  • Open Access

Profil spermiologique des hommes infertiles au Mali

  • 1Email author,
  • 1,
  • 1 et
  • 1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française18:BF03040718

https://doi.org/10.1007/BF03040718

  • Reçu: 15 juillet 2008
  • Accepté: 15 septembre 2008

Resume

L’infertilité reste un problème socioculturel très important quand on sait qu’en Afrique en général, et particulièrement au Mali, le but principal du mariage reste la procréation. La naissance d’un enfant dans un foyer est une source de joie et contribue au maintien d’une certaine harmonie dans le ménage.

En Afrique, l’infertilité constitue un drame social et une épreuve difficile à surmonter pour le couple. Elle est la première cause de mésentente conjugale ou de divorce, elle est considérée comme une fatalité, un sort ou une malédiction infligée au couple. Pour la femme, elle représenterait une punition divine car la plupart du temps, elle est la première à être mise en cause. C’est au cours d’un bilan d’infertilité du couple que la responsabilité masculine sera découverte.

Le spermogramme et le spermocytogramme sont les examens de base de la spermiologie. Ces examens constituent des éléments clés permettant d’évaluer la qualité du sperme. Au Mali, les examens spermiologiques sont effectués dans le laboratoire de Cytogénétique et de Biologie de la Reproduction, le laboratoire qui effectue le plus grand nombre d’examens de sperme dans le pays.

L’objet de ce travail est de présenter le profil spermiologique des hommes infertiles au Mali à travers une étude rétrospective sur cinq ans. L’infertilité masculine est un problème de santé publique au Mali. La tranche d’âge la plus touchée se situe entre 30 et 39 ans. La stérilité primaire est fortement représentée par 70% des sujets étudiés. La bilharziose occupe une place prédominante dans les antécédents infectieux. Les résultats du spermogramme montrent que les cas d’oligo-asthéno-zoospermie et d’azoospermie représentent respectivement 49,5% et 23,7% de la population étudiée.

Mots-clés

  • spermogramme
  • infertilité masculine
  • antécédents infectieux
  • azoospermie

Advertisement