Open Access

Evaluation morphologique des spermatozoïdes

  • Rim Saïdi1,
  • Elodie Gruel1,
  • Julie Roset-Blessman1,
  • Nathalie Mousset-Simeon1,
  • Sandrine Menon1,
  • Bertrand Mace1 et
  • Nathalie Rives2, 3Email author
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française18:BF03040397

https://doi.org/10.1007/BF03040397

Reçu: 15 novembre 2007

Accepté: 15 février 2008

Résumé

L’examen du sperme tel qu’il a été défini par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) constitue une des étapes clefs dans l’exploration du couple infertile. La morphologie du spermatozoïde a été reconnue comme le meilleur facteur prédictif de la fertilité naturelle, de l’issue en insémination intra-utérine ou en fécondationin vitro classique. Les anomalies ultrastructurales des spermatozoïdes qui sembleraient être les seules anomalies capables d’influencer le devenir de l’ICSI(Intracytoplasmic Sperm Injection) ne sont pas détectables aux grossissements x100 ou X200—400 utilisés au cours de la procédure d’ICSI.

Bartoov et al. (2002) ont mis au point un système capable d’étudier la morphologie fine des spermatozoïdes mobiles en temps réel au grossissement x6600 appelé MSOME pourMagnification Motile Sperm Morphology Examination. Les anomalies détectées à ce grossissement, en dehors des anomalies morphologiques habituelles, sont des vacuoles situées sur les têtes spermatiques dont la localisation, le nombre et la taille sont variables. L’analyse en MSOME pourrait être utilisée comme facteur prédictif du pouvoir fécondant des spermatozoïdes et être réalisée dans l’exploration des atteintes spermatiques sévères avant ICSI. L’ICSI serait classique ou précédée d’une sélection fine des spermatozoïdes avant injection si les spermatozoïdes présentent un nombre élevé de vacuoles.

Mots clés

infertilité morphologie spermatozoïde tératozoospermie

Advertisement