Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Observation des spermatozoïdes au fort grossissement (MSOME): intérêt et perspectives

  • Martine Albert1, 2Email author,
  • Mohamed Hassen Chelli1,
  • Nathalie Sermondade1,
  • Ibrahim Hammoud1, 2,
  • Marianne Bergerel2,
  • François Vialard1 et
  • Jacqueline Selva1, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française18:BF03040377

https://doi.org/10.1007/BF03040377

Reçu: 15 octobre 2007

Accepté: 15 octobre 2007

Resume

L’approche morphologique des spermatozoïdes à un fort grossissement appelée MSOME (Motile Sperm Organelle Morphology Examination) constitue un progrès intéressant. Elle permet de détecter sur cellules vivantes, avec un grossissement allant jusqu’à plus de X10 000, des anomalies non visualisables par les autres techniques. Cette technique a été d’emblée appliquée à la sélection du spermatozoïde injecté en ICSI, prenant alors le nom d’IMSI (Intracytoplasmic Morphologically Selected sperm Injection), avec un bénéfice très intéressant concernant les taux d’implantation, de grossesse, d’accouchement ainsi qu’une diminution des taux de fausses couches spontanées.

En dehors de la nécessité d’un système optique particulier, les contraintes techniques sont importantes et l’observation, en MSOME et en IMSI, sont plus longues et difficiles dans les cas de cryptozoospermie, d’oligozoospermie et/ou de tératozoospermie importantes.

Comparativement au spermocytogramme conventionnel (sur cellules fixées et colorées), le MSOME offre une excellente lisibilité des anomalies céphaliques, notamment de vacuoles localisées dans la région céphalique et qui semblent avoir un effet délétère sur la fécondation et le développement embryonnaire. Ces observations conduisent à utiliser une grille de lecture détaillée des anomalies, et ce diagnostic morphologique sur spermatozoïdes vivants montre qu’un pourcentage notable des spermatozoïdes pré-sélectionnés pour une ICSI conventionnelle sont en fait anormaux en MSOME.

Au delà de ces résultats incontestables au plan thérapeutique, cette nouvelle approche ouvre des perspectives très intéressantes sur les relations à établir entre le phénotype du spermatozoïde injecté et son pouvoir fécondant et de développement embryonnaire. Au plan diagnostique, le MSOME ouvre la perspective de pouvoir étudier avec nos outils habituels, des populations morphologiquement homogènes de spermatozoïdes normaux ou présentant une anomalie ciblée. De telles investigations et l’analyse morphologique fine de chaque spermatozoïde injecté associée au suivi de chaque ovocyte, puis au suivi embryon par embryon, permettraient de progresser dans la relation structure-fonction du spermatozoïde, l’identification des indications pertinentes de l’IMSI et le choix du spermatozoïde à injecter.

Mots clés

spermatozoïdemorphologieMSOMEvacuolesIMSI

Advertisement