Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Quelle valeur attribuer à l’analyse morphologique des spermatozoïdes en microscopie optique?

  • Marie -Roberte Guichaoual1, 2Email author,
  • Jeanne Perrin1, 2,
  • Cendrine Geoffroy-Siraudin1, 2 et
  • Mireille Papadaccu1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française18:BF03040376

https://doi.org/10.1007/BF03040376

Reçu: 15 novembre 2007

Accepté: 15 novembre 2007

Resume

La morphologie des spermatozoïdes reste le paramètre qui suscite le plus de contradictions dans la littérature lorsque l’on veut tenter d’en apprécier la valeur prédictive. Il est cependant clair qu’actuellement on ne peut pas écarter la morphologie des spermatozoïdes comme critère d’appréciation de la qualité de ces cellules, cet examen reste d’une grande importance dans le bilan d’une infertilité masculine ou du couple. Par ailleurs, les nouvelles technologies, qui permettent de voir et donc de sélectionner sur leur morphologie les spermatozoïdes avec des grossissements supérieurs à ceux utilisés jusqu’ici, améliorent considérablement les résultats des fécondationsin vitro.

Plusieurs systèmes de classification détaillée des anomalies des spermatozoïdes ont été proposés depuis une cinquantaine d’années. Ces classifications deviennent de plus en plus strictes à chacune de leurs révisions. Trois parmi ces classifications servent le plus fréquemment de référence: la classification de Kruger/Tygerberg et la classification de David, redéfinie avec un soin particulier dans le souci de la démarche d’assurance en qualité en biologie de la reproduction par Auger et Eustache. Les résultats de ces analyses sont très hétérogènes en ce qui concerne le pourcentage global d’anomalies morphologiques et les fréquences respectives des différentes anomalies. Il est donc important de souligner qu’il est indispensable d’apporter un soin particulier à la réalisation technique de cet examen, à l’établissement de critères stricts d’appréciation de chaque anomalie et à l’harmonisation de ces critères entre les divers observateurs d’un même laboratoire et entre les laboratoires.

L’impact de la tératozoospermie isolée sur les résultats de la FIV et de l’ICSI fait l’objet de nombreuses études dont les résultats sont là encore parfois contradictoires. Cependant, la majorité des études montre que le pourcentage de spermatozoïdes morphologiquement normaux est positivement corrélé avec les résultats de l’ICSI, et de nombreux auteurs admettent qu’un pourcentage de spermatozoïdes morphologiquement normaux inférieur à 5% est prédictif d’un taux faible de fécondation et de grossesse en FIV et en ICSI.

Au cours de ces dix dernières années, on a montré que les taux d’aneuploïdies dans le sperme des populations d’hommes infertiles présentant une oligospermie sévère ou modérée étaient plus élevés que ceux des hommes fertiles avec spermogramme normal, et que les taux de disomies des spermatozoïdes étaient environ 20 fois plus élevés dans les ICSI que dans les FIV. Cependant, les résultats de ces différentes études ne permettent pas d’établir un lien évident entre la tératozoospermie polymorphe et la fréquence des disomies et des aneuploïdies dans le sperme.

Globalement, on peut conclure que l’analyse morphologique des spermatozoïdes en microscopie optique, au grossissement habituellement utilisé pour la réalisation des spermocytogrammes (x2000), n’est donc pas un bon indicateur des anomalies chromosomiques dans le sperme humain, excepté dans quelques cas rares d’anomalies monomorphes. Il n’en est pas de même des liens entre la morphologie des spermatozoïdes et l’apoptose. En effet, un nombre croissant de travaux établissent une corrélation positive entre l’infertilité masculine et la présence de marqueurs apoptotiques sur les spermatozoïdes, et le paramètre morphologie semble particulièrement lié à l’apoptose. Enfin, il est important de souligner l’absolue nécessité d’une standardisation des procédures employées et de tous les résultats de l’analyse morphologique du sperme.

Mote clés

morphologie de spermatozoïdesinfertilitéanomalies chromosomiquesapoptoseFIVICSI

Advertisement