Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

La cryptorchidie et l’endocrinologue: conceptions récentes

  • Sultan C. 1, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française7:BF03035275

https://doi.org/10.1007/BF03035275

Resume

La cryptorchidie de l’enfant, qualifiée de commune par sa fréquence (qui oscille entre 0.8 et 1.6%), reste, en 1997, une endocrinopathie mystérieuse. Elle relève vraisemblablement d’un déficit néonatal de la sécrétion de testostérone secondaire à une insuffisance gonadotrope précoce et persistante jusqu’à la mi-puberté.

Son traitement par les gonadotrophines chorioniques entraîne une migration complète du testicule dans 1/3 des cas environ, une migration partielle ou asymétrique dans 1/3 des cas; il est inefficace dans 1/3 des cas. En cas d’échec, l’orchidopexie précoce est de règle. Le traitement par le LHRH est, quant à lui, tombé en désuétude.

Le pronostic de la cryptorchidie est dominé par les risques de stérilité et de cancer du testicule. Malheureusement, l’analyse des données de la littérature est particulièrement contradictoire du fait de l’absence de définition des groupes de patients étudiés. Néanmoins, l’atteinte de la spermatogénèse semble plus intense pour les cryptorchidies qui ont résisté au traitement hormonal et pour les cryptorchidies bilatérales. Quant au risque de dégénérescence, sans exclure une anomalie intrinsèque de la cellule germinale, il paraît être plus important après orchidopexie, après un traitement précoce, et apreès biopsie testiculaire.

A la lumière des travaux très récents, plusieurs questions essentielles se posent:
  • • Faut-il réaliser une orchidopexie systématique chez les enfants résistants au traitement hormonal?

  • • Faut-il privilégier la fertilité au détriment d’un risque de cancer du testicule en maintenant l’indication d’une orchidopexie précoce?

  • • Faut-il arrêter définitivement de biopsier les testicules cryptorchides?

Pour tenter de répondre à ces questions essentielles, seule une étude prospective impliquant la collaboration de pédiatres endocrinologues, biologistes de la reproduction, urologues, andrologues, permettrait de lever une partie du voile de la physiopathologie de cette endocrinopathie encore fort complexe.

Mots-clés

cryptorchidieaxe gonadotropecancer du testiculestérilité

Advertisement