Open Access

Risque viral lié au virus de l’hépatite C en AMP

  • R. Levy1,
  • J. C. Tardy2,
  • T. Bourlet3,
  • H. Cordonier4,
  • J. Lornage4 et
  • J. F. Guerin4
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française10:BF03035224

https://doi.org/10.1007/BF03035224

Résumé

Nous sommes amenés à prendre en charge en assistance médicale à la procréation (AMP) un nombre croissant de couples dont l’un ou les deux partenaires présente (nt) une infection au virus de l’hépatite C (VHC). Le risque, jusqu’ici théorique, est la transmission du virus à l’enfant conçu en AMP, puis à sa mère, mais aussi celui de la contamination du personnel manipulant les gamètes infectés, ou des gamètes et embryons des couples noninfectés. Dans le but de mieux apprécier le risque de transmission du VHC en AMPvia le sperme d’un patient infertile virémique, nous avons recherché le virus de l’hépatite C (ARN VHC) par amplification génique (RT-PCR) dans le sperme et les différentes fractions obtenues après gradient de centrifugation. La recherche de l’ARN du VHC dans le sperme s’est révélée positive pour 2 patients (2/39) présentant une hépatite C active. La détection de l’ARN VHC dans la fraction de spermatozoïdes mobiles obtenue après sélection en gradient de densité s’est révélée négative dans tous les cas.

Mots clés

ARN VHC Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Sperme Virus de l’hépatite C (VHC)

Advertisement