Skip to main content

Advertisement

We’d like to understand how you use our websites in order to improve them. Register your interest.

Retentissement sexuel, conjugal et social d’une population d’hommes stériles consultants en Andrologie: le point de vue du psychiatre de liaison

Sexual, marital and social effects in a population of sterile males consulting in Andrology: a liaison psychiatrist’s opinion

Resume

L’infertilité est désormais abordée comme une maladie incontestablement reliée à la sexualité entraînant l’homme et son couple dans une spirale de souffrance. Aborder les interactions entre la sexualité et l’Assistance Médicale à la Procréation présenterait donc un intérêt tout particulier pour suivre et aider nos patients. Nombre d’études de la littérature avancent le fait que l’infertilité occasionne un retentissement psychologique, social et sexuel majeur pour le couple. Dans la majorité des cas ces études sont effectuées dans les services de gynécologie et sont plutôt centrées sur les retentissements féminins et conjugaux de cette infertilité.

Matériel et méthodes

L’échantillon étudié comportait 39 sujets divisés en deux groupes: 21 azoospermes et 18 oligoasthenospermes. Ces sujets ont été recrutés en consultation d’andrologie pendant une période de 6 mois. Nos sujets ont répondu à un questionnaire général sur l’infertilité décrivant le contexte clinique et symptomatique qui entoure l’infertilité, puis à un autoquestionnaire explorant le retentissement psychosocial, conjugal et sexuel de l’infertilité masculine ainsi que la représentation du psychiatre au sein d’un service d’andrologie.

Résultats

Un tiers de nos patients se sont vus annoncer pour la première fois leur diagnostic lors de la remise de leur spermogramme par le biologiste. Initialement, nos patients ont surtout envisagé des problèmes conjugaux, psychologiques et sociaux, mais très peu affectant leur sexualité. Ils se représentent l’infertilité masculine comme plus perturbante pour la femme que pour l’homme. 82% de nos sujets se représentaient leur partenaire sans difficulté sexuelle et 48,7% sans difficulté psychologique en rapport avec leur diagnostic d’infertilité. Les oligoasthénospermes se représentaient significativement plus «de difficultés psychologiques» chez leur partenaire que le groupe azoosperme. 41% de nos sujets éprouvaient un sentiment de culpabilité envers leur partenaire. Nous avions 10,3% de troubles sexuels avant le diagnostic d’infertilité masculine contre 25,6% après. II n’y a pas eu de modification importante de la sexualité dans la majorité des couples depuis le diagnostic. Seulement 40% des patients souffrant de difficultés sexuelles les reliaient à l’infertilité et 50% ne faisaient aucun lien entre les difficultés psychologiques liées à l’infertilité et les difficultés sexuelles. Ni la perte de spontanéité lors des rapports sexuels, ni les examens paracliniques jalonnant le parcours d’AMP n’influait sur la sexualité. 89,8% de nos patients sont prêts à modifier leur sexualité pour être plus fertiles sans que cela entraîne de problème sexuel ou psychologique et le souci d’efficacité procréatrice lors des rapports sexuels n’existe que dans un tiers des cas. Nous avons relevé une dissociation sexualité/reproduction plus marquée chez les oligo-asthénospermes que chez les azoospermes. Pour finir, 28,2% de nos patients sont soulagés lorsqu’ils parlent de leurs problèmes psychologiques et/ou sexuels avec un psychiatre.

Conclusion

Nous avons relevé de nombreuses contradictions et sous-estimations dans les réponses. Nous avons confirmé l’existence d’une souffrance psychologique et sexuelle mais moins importante quantitativement que celle décrite dans les populations «gynécologiques». Quoiqu’il en soit, il existe bien une réelle souffrance psychologique et sexuelle dans notre population. C’est pourquoi nous proposons d’emblée une prise en charge préventive psychosomatique et sexologique de l’infertilité dans laquelle le praticien, qu’il soit andrologue ou psychiatre, devra aider le patient à verbaliser les affects inhérents à cette «nouvelle sexualité médicalisée».

Abstract

Infertility is from now treated as a disease inevitably linked to sexuality. Men and couples faced with a diagnosis of infertility generally experience considerable distress. Their sexuality is also affected, as sexuality is intrinsically related to love and desire in the couple and because sexuality loses its full significance-or even becomes meaningless — or is excluded from therapy. Analysis of the interactions between sexuality and artificial insemination would be useful to help our patients. Many studies in the literature conclude that infertility causes major psychological, social and sexual effects on the couple. Most of these studies were conducted in gynaecology units and concerned the female and sexual effects of infertility. We therefore conducted a study specifically devoted to a male population consulting for sterility, placing the sterile man in his biological and psychosocial context.

Material and methods

The study population consisted of 39 subjects divided into two groups: 21 azoospermic males and 18 oligoazoospermic males. These men were selected in andrology departments over a period of six months. The andrology and liaison psychiatry departments of Lille university hospital established a general infertility questionnaire. This semi-structured questionnaire comprising 40 questions was based on clinical experience and describes the clinical and symptomatic context of infertility. An individual 50-item questionnaire was then used to analyse the psychosocial, marital and sexual effects of male infertility and the representation of the psychiatrist in the andrology department.

Results

One third of patients discovered the diagnosis of infertility when the biologist gave them the results of the semen analysis. Our patients initially envisaged marital, psychological and social problems, but very few sexual problems. They imagined that infertility was more disturbing for women than for men, from a psychological and sexual point of view. 82% of our subjects imagined that their partner had no sexual problems. 48.7% of them thought that their partner had no psychological difficulties related to their infertility. The oligoasthenospermia group considered that the partner had significantly more “psychological difficulties” compared to the azoospermia group. 41% of our patients felt guilty towards their partner because of their infertility diagnosis. 10.3% of patients presented sexual disorders before the diagnosis of male infertility and 25.6% presented sexual disorders after this diagnosis. Contrary to data in the literature, a major change of sexuality was not observed in the majority of the couples after the diagnosis. When sexuality changed, it generally consisted of a reduction of the frequency of sexual relations. Among the patients who reported sexual difficulties, only 40% related them to infertility. 50% did not report any relationship between the psychological difficulties related to infertility and the sexual difficulties. Contrary to the data in the literature, neither the loss of spontaneity during sexual relations, nor the complementary investigations necessary for artificial insemination had any influence on sexuality. 89.8% of our patients are ready to change their sexual practices in order to be more fertile without causing any sexual or psychological problems. However, only 34.3% of patients reported a concern about reproductive efficacy during sexual relations. A more marked sexuality/reproduction dissociation was observed in oligoazoospermic males than in azoospermic males. 28.2% of patients reported that talking about their sexual and/or psychological problems with a psychiatrist was helpful.

Conclusion

Many contradictions and underestimations were observed in the answers to the questions. We confirmed the existence of a psychological and sexual distress, but which was quantitatively less severe than that described in “gynaecological” populations. However, a real psychological and sexual distress does exist in our population, which is why we propose from the outset a psychosomatic and sexological treatment of infertility in order to prevent the onset of these sexual difficulties. Our questionnaire was based on clinical experience and helped our patients to identify their psychological and sexual difficulties related to infertility and its treatment. It would therefore be useful for the practitioner, andrologist or psychiatrist, to help the patient express the effects related to this “new medicalized sexuality”.

Références

  1. 1.

    ACSF IINVESTIGATORS: AIDS and sexual behaviour in France. Nature, 1992, 360: 407–409.

  2. 2.

    AMERICAN PSYCHIATRIC ASSOCIATION: Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM-IV). Washington, 1994. Traduction française: GUELFI J.D. et al., Paris, Masson, 1996.

  3. 3.

    ATHEA N.: La stérilité: une entité mal définie. In: Testart J. ed. Le magasin des enfants. Paris, Folio actuel, 1994.

  4. 4.

    BAILLY T.: Les évaluations psychométriques en Sexologie, revue bibliographique. Thèse pour le Doctorat d’Etat en Médecine, Médecine Spécialisée Clinique, 1997, Bordeaux II, No3065.

  5. 5.

    BEETSCHEN A.: Vouloir un enfant, devenir père. Entrevue, 1981, 1: 28–30.

  6. 6.

    BELLONE M.: Modalités défensives utilisées dans une population d’hommes consultant pour stérilité: évaluation par le DSQ, étude des troubles psychiatriques et sexuels. Mémoire pour le D.E.S. de psychiatrie Inter-Région Nord-Ouest, 2001, Lille, No 331157-1157.

  7. 7.

    BERGERET J.: Problème des défenses. In: Psychologie Pathologique. Paris, Masson, 6o édition, 1972/1995: 90–112.

  8. 8.

    BOND M., GARDNER S.T., CHRISTIAN J. et al.: Empirical study of self-rated defense styles. Arch. Gen. Psychiatry, 1983, 40: 333–338.

  9. 9.

    BRENOT P.: Inventer le couple. Paris, Odile Jacob, 2001.

  10. 10.

    BRIGUET-LAMARRE M.: Aspects psychologiques de la stérilité masculine irréversible, de ses incidences chez la femme et de la demande de procréation du couple par insémination artificielle. Rev. Franç. Gynéc., 1980, 75: 553–556.

  11. 11.

    BYDLOWSKI M., DAYAN-LINTZER M., CAHEN F. et al.: L’Approche psycho-médicale de l’infertilité. J. Gyn. Obstet. Biol. Reprod., 1983, 12: 269–276.

  12. 12.

    BYDLOWSKI M., DAYAN-LINTZER M.: Désir d’enfant, mal d’enfant. Psychosomatique, 1985, 1: 25–42.

  13. 13.

    CHAMPS F.: Troubles psychologiques et sexuels secondaires au diagnostic et au traitement de l’infertilité. Thèse pour le Doctorat d’État en Médecine, Médecine Spécialisée Clinique, Rennes, 1997, No 128.

  14. 14.

    CHATEL M.M.: Le désir escamoté. In: Testart J. ed. Le magasin des enfants. Paris, Folio actuel, 1994: 65–80.

  15. 15.

    CHATEL M.M.: Incidences des techniques modernes sur la paternité ou «on demande un enfant hors sexe». Neuropsychiatrie de l’enfance, 1988, 36: 475–479.

  16. 16.

    CONSOLI S.M.: La psychiatrie à l’hôpital général. Encycl. Méd. Chir. (Elsevier, Paris), Psychiatrie, 37-958-A-10, 1998: 11.

  17. 17.

    CZYBA J.C.: L’infertilité masculine, aspects psychologiques. Soins Gyn. Obstet. Puer. Ped., 1991, 118: 27–29.

  18. 18.

    CZYBA J.C.: Approche psychologique de l’homme infécond et stérile. Rev. Prat., 1993, 43: 979–980.

  19. 19.

    DELAISI de PARSEVAL G.: Les PMA ou paternités médicalement assistées. In: Marciano P. ed. Le père, l’homme et le masculin en périnatalité. Ramonville, Erès (spirale), 1999, 11: 111–124.

  20. 20.

    EPELBOIN S.: Nouvelles procréations, nouvelles sexualités? Gynécol. Psychosom., 1991, 1: 29–34.

  21. 21.

    GIULIANO F., CHEVRET-MEASSON M., TSATSARIS P. et al.: Prévalence de l’insuffisance érectile en France: résultats d’une enquête épidémiologique menée auprès d’un échantillon représentatif de 1004 hommes. Prog. Urol., 2002, 12: 260–267.

  22. 22.

    GUERRA D., LLOBERA A., VEIGA A. et al.: Psychiatric morbidity in couples attending a fertility service. Hum. Reprod., 1998, 13: 1733–1736.

  23. 23.

    LACHCAR P.: L’homme infertile: un homme en souffrance. Contracept. Fertil. Sex., 1992, 20: 735–736.

  24. 24.

    LAPLANCHE J., PONTALIS J.B.: Vocabulaire de la psychanalyse. Paris, PUF, 1967.

  25. 25.

    MARDON-LEROLLE F.: Incidence de l’infertilité et des techniques d’assistance médicale à la procréation sur la sexualité des couples. Thèse pour le Doctorat d’État en Médecine, Médecine Spécialisée Clinique, Nantes, 2000, No 153M.

  26. 26.

    MIMOUN S.: Les multiples interactions entre l’infertilité et la sexualité. Contracept. Fertil. Sex., 1993, 21: 251–254.

  27. 27.

    PERRET Z.: Stérilité et AMP du côté des hommes. Reprod. Hum. Horm., 2000, 13: 185–187.

  28. 28.

    PROUVOST F.: De la place de la technique médicale dans la sexualité du couple. Contracept. Fertil. Sex., 1989, 17: 631–633.

  29. 29.

    QUINTIN A.: Désir d’enfant et désir sexuel. Cahiers Sexol. Clin., 1994, 20: 33–36.

  30. 30.

    ROSSIN-AMAR B., BONIERBALE M.: Sexualité et PMA. Sexologies, 1995, 4: 13–15.

Download references

Author information

Affiliations

Authors

Corresponding author

Correspondence to Michel Bellone.

Rights and permissions

Reprints and Permissions

About this article

Cite this article

Bellone, M., Rigot, J., Cottencin, O. et al. Retentissement sexuel, conjugal et social d’une population d’hommes stériles consultants en Andrologie: le point de vue du psychiatre de liaison. Androl. 13, 435–444 (2003). https://doi.org/10.1007/BF03035210

Download citation

Mots-clés

  • sexualité
  • stérilité
  • andrologie
  • psychiatrie de liaison

Key words

  • sexuality
  • sterility
  • andrology
  • consultationliaison psychiatry