Skip to content

Advertisement

  • Pathologie Des Canaux Ejaculateurs
  • Open Access

Obstructions des canaux éjaculateurs: diagnostic et traitements

AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française15:BF03035185

https://doi.org/10.1007/BF03035185

  • Reçu: 15 juin 2004
  • Accepté: 15 septembre 2004

Resume

Le traitement de l’infertilité masculine peut apparaître décevant en raison du groupe majoritaire des étiologies idiopathiques pour lesquelles les options sont limitées à des traitements médicaux empiriques, aux techniques d’assistance médicale à la procréation ou au recours au sperme de donneur. Il existe cependant des infertilités masculine “curables” dont la recherche est essentielle afin de répondre chez ces patients, à un objectif de guérison ou tout du moins à une amélioration du spermogramme et donc de la fertilité. Les patients présentant une obstruction sur la voie séminale sont particulièrement représentatifs de ce groupe. Le diagnostic de l’obstruction est souvent difficile et nécessite un faisceau d’arguments cliniques et paracliniques. En conséquences, un nombre probablement important de ces obstacles n’est pas dépisté.

L’obstruction des canaux éjaculateurs ne représente que 5% des étiologies “obstructives” et, comme les obstacles épididymaires, peut être accessible à un geste de réparation chirurgicale.

L’obstruction des canaux éjaculateurs doit être suspectée chez un patient présentant une azoospermie ou une oligospermie sévère, un faible volume de l’éjaculât (moins de 1 ml) sans éjaculation rétrograde, un bilan hormonal de l’axe gonadotrope normal et des testicules de volume normal.

L’échographie endorectale est l’examen de référence pour confirmer le diagnostic. Les arguments échographiques en faveur d’une obstruction sont représentés par une dilatation des vésicules séminales (diamètre de section interne supérieur à 1,5 cm) associée à une dilatation des canaux éjaculateurs (diamètre de section interne supérieur à 2 mm). Ces signes échographiques ne sont pas toujours présent et c’est alors la vasographie peropératoire qui permettra de mettre en évidence la sténose.

Le traitement chirurgical de la sténose des canaux éjaculateurs donne globalement de bons résultats avec 65% d’amélioration du spermogramme et 20% de grossesse sans assistance médicale. II faut toutefois signaler que cette chirurgie endoscopique n’est pas dénuée de complications et qu’il est rapporté des aggravations de l’obstruction rendant l’autoconservation de sperme impérative en cas de traitement d’une sténose incomplète.

Mots Clés

  • infertilité masculine
  • azoospermie
  • canaux éjaculateurs
  • microchirurgie

Notes

Advertisement