Open Access

La part du père dans les interruptions spontanées répétées de grossesse (isrg) d’origine immunologique

  • M. Reznikoff-etievant1
Andrologie19966:BF03035066

https://doi.org/10.1007/BF03035066

Publication: 1 mars 1996

Conclusion

La participation du père est primordiale dans les mécanismes immunologiques du maintien de la greffe foetale et dans leurs dysfonctionnement. Depuis une décennie une première étape consistait à rechercher un défaut de stimulation, par les antigènes paternels du foetus, des facteurs d’immunotolérance maternelle pour son foetus. L’injection de cellules du père a permis dans certains cas, de prévenir le rejet. Cette première étape consistait également à identifier les femmes, qui sous l’effet de l’intrusion des antigènes étrangers provenant du père, révélaient ou accentuait un état d’autoimmunité latent ou préexistant. L’utilisation de certains traitements préventifs, corticoïdes, aspirine ou gammaglobulines IV, a pu permettre l’évolution normale d’un certain nombre nombre de grossesses vouées à l’échec.

Les recherches en cours permettront, sûrement dans un avenir proche, de confirmer certains mécanismes nouveaux des ISG et probablement de certaines stérilités inexpliquées. L’étude des antigènes foetaux d’empreinte génomique paternelle dans les différentes étapes de la placentation, seront probablement déterminants dans cette nouvelle étape.

Advertisement