Open Access

Les endozépines, facteurs locaux de régulation de la stéroïdogenèse testiculaire

  • Céline Duparc1Email author,
  • Hervé Lefebvre1, 2,
  • Marie -Christine Tonon1,
  • Hubert Vaudry1 et
  • Jean Marc Kuhn1, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française13:BF03034882

https://doi.org/10.1007/BF03034882

Resume

Les fonctions testiculaires endocrines et exocrines sont soumises à un contrôle multifactoriel complexe, impliquant les gonadotrophines circulantes et des signaux produitsin situ responsables de régulations locales. Parmi ces facteurs locaux, les endozépines (EZ), ligands endogènes des récepteurs des benzodiazépines (BZD), semblent exercer un effet stimulant de type intracrine, autocrine et/ou paracrine sur la sécrétion leydigienne. Les effets des BZD sont relayés par deux types de récepteurs, le récepteur des BZD de type central (CBR) associé au complexe-récepteur GABAA-canal chlore, et le récepteur de type périphérique (PBR) principalement localisé sur la membrane mitochondriale et très abondant dans les cellules stéroïdogènes. La recherche de ligands endogènes pour ces récepteurs a permis l’identification d’une nouvelle famille de peptides, les EZ.

Toutes les EZ identifiées à ce jour dérivent d’un même précurseur, lediazepam-binding inhibitor (DBI) dont le clivage protéolytique conduit à différents peptides biologiquement actifs tels que le triakontatétraneuropeptide DBI17–50 (TTN) ou l’octadécaneuropeptide DBI33–50 (ODN). Les EZ sont très largement distribuées dans le cerveau et dans la plupart des organes périphériques en particulier les glandes stéroïdogènes,i.e. surrénale, testicule...

Différents travaux réalisés chez le rat suggèrent l’existence d’une implication des EZ dans le contrôle de la stéroïdogenèse testiculaire. Ainsi, l’expression du gène du DBI et la présence de peptides apparentés au DBI dans les cellules de Sertoli, de Leydig et dans certaines cellules germinales ont été démontrées. En outre, les EZ sont capables de stimuler la libération de progestérone et de testostérone par des cellules de Leydig de rat en culture et par des cellules de Leydig des lignées tumorales MA-10 ou R2C. Enfin, des études pharmacologiques ont montré que les effets des EZ sur la stéroïdogenèse testiculaire du rat s’exercentvia l’activation d’un PBR. Le PBR serait alors le dernier maillon d’une chaîne d’interactions protéiques permettant la transduction des signaux de stimulation de la stéroïdogenèse, aboutissant à la translocation du cholestérol vers la membrane mitochondriale interne, où il est converti en prégnénolone, grâce à l’action enzymatique du cytochrome P450scc.

Mots Clés

endozépines récepteurs des benzodiazépines stéroïdogenèse testiculaire

Advertisement