Open Access

Troubles sexuels après curiethérapie par implants permanents d’I-125 dans le cancer localisé de prostate

  • Franck Bladou1Email author,
  • Naji Salem2,
  • Gilles Karsenty1,
  • Gwenaelle Gravis3,
  • Michelle Simonian2,
  • Roland Rosello4 et
  • Gérard Serment1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française13:BF03034879

https://doi.org/10.1007/BF03034879

Resume

La curiethérapie par implants permanents est une alternative à la prostatectomie radicale ou à l’irradiation externe en cas de cancer localisé de la prostate de bon pronostic. Les avantages de ce traitement sont une irradiation efficace mais précise, limitée à la glande prostatique avec une morbidité modérée et passagère. Les troubles de l’érection fréquents après chirurgie et irradiation externe sont retrouvés dans 6 à 61% des cas dans la littérature après curiethérapie. De tels écarts entre ces taux sont liés aux différences en terme de suivi, de définitions des troubles sexuels, d’instruments de mesure utilisés. Ces troubles de l’érection apparaissent entre 9 et 17 mois et seraient liés aux lésions radiques vasculaires des corps érectiles proches de l’apex prostatique (bulbe urétral et base des corps caverneux). Cependant, la majorité des troubles de l’érection répondent favorablement au traitements oraux tels que la yohimbine ou le sildénafil.

Parmi les options thérapeutiques à visée curative du cancer localisé de prostate, la curiethérapie par implants permanents est le traitement qui préserve le mieux la fonction érectile.

Mots clés

curiethérapie cancer de prostate troubles de l’érection qualité de vie

Advertisement