Open Access

Intérêt de l’analyse de la morphologie fine et de la qualité nucléaire des spermatozoïdes dans le cadre des techniques d’AMP

  • Hicham Boughali1Email author,
  • Christiane Wittemer1 et
  • Stéphane Viville1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française16:BF03034830

https://doi.org/10.1007/BF03034830

Reçu: 15 janvier 2006

Accepté: 15 février 2006

Resume

Des travaux récents ont démontré l’intérêt d’étudier la morphologie fine des spermatozoïdes mobiles au grossissement x10000. Cette technique d’observation accorde une importance toute particulière à la morphologie du noyau dont les anomalies pourraient refléter des altérations de l’ADN. Notre travail avait précisément pour objectif de combiner cette approche morphologique à un test de fragmentation de l’ADN pour en évaluer l’impact sur les résultats en fécondationin vitro (FIV) et en injection intra cytoplasmique d’un spermatozoïde (ICSI). L’étude a porté sur 52 couples inclus en FIV ou en demi FIV-demi ICSI, présentant tous des spermes normaux ou subnormaux en termes de numération, mobilité et morphologie standard. Le jour de la tentative, pour chaque patient étaient réalisés une analyse morphologique fine et un test de fragmentation de l’ADN.

L’analyse des résultats a mis en évidence une valeur seuil de 8% de spermatozoïdes à morphologie fine normale audessous de laquelle un échec complet de fécondation en FIV intervient dans 40% des cas. Le développement embryonnaire précoce de J2 à J3 ne paraît pas être influencé par la morphologie du spermatozoïde. II apparaît également une corrélation négative entre le taux de spermatozoïdes à morphologie nucléaire normale et le taux de fragmentation de l’ADN. Ces résultats laissent entrevoir un intérêt pronostique pour ces techniques dans les échecs de FIV.

Mots clés

spermatozoïdes morphologie fine fragmentation de l’ADN

Notes

Advertisement