Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Influence du vieillessement sur la spermatogenèse: étude histologique et cytogénétique moléculaire au niveau testiculaire chez 46 sujets âgés de 29 à 102 ans

  • Mbarka Dakouane1Email author,
  • Lucia Bicchieray1,
  • Marianne Bergere1, 2, 3,
  • Martine Albert1, 2, 3,
  • Nathalie Ledee2,
  • François Vialard2, 3,
  • Olivier Cussenot4 et
  • Jacqueline Selva1, 2, 3
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française14:BF03034795

https://doi.org/10.1007/BF03034795

Reçu: 15 février 2004

Accepté: 15 février 2004

Resume

L'effet délétère de l'âge maternel sur le risque d'anomalie méiotique est bien établi, mais il n'en est pas de même pour l'effet de l'âge paternel. Nous avons étudié l'influence du vieillissement sur la spermatogenèse évaluée par l'histologie testiculaire évaluée par histomorphomètrie et sur le taux d'anomalies méiotiques testiculaires évalué par la technique d'hybridation in situ fluorescente (FISH) pour les chromosomes X, Y et 18. L'étude a comporté 46 hommes âgés de 29 à 102 ans (36 sujets âgés et 10 témoins). L'analyse histomorphomètrique des biopsies testiculaires a concerné les tubes séminifères: surface, épaisseur de la membrane propre, densité en cellules de Sertoli, en spermatogonies, en spermatocytes et en spermatozoïdes, ainsi que le tissu interstitiel: nombre de groupements des cellules de Leydig par champ, surface occupée par les cellules de Leydig, et densité. Cette étude nous a permis de classer les sujets âgés (n=36) en trois groupes: 17 sujets âgés de 61 à 95 ans à spermatogenèse complète (groupe 1), 4 sujets à spermiogenèse arrêtée (groupe 2) et 15 sujets avec un arrêt précoce de la spermatogenèse (cellules diploïdes) (groupe 3). Les variations interindividuelles étaient très importantes. L'épaisseur de la membrane propre paraît être le paramètre le mieux corrélé à la conservation de la spermatogenèse. Nous avons analysé par FISH un total de 10000 cellules postméiotiques dont 4738 cellules post méiotiques dans le groupe 1 et un total de 4882 cellules post méiotiques chez les sujets jeunes témoins. Les taux des cellules normales haploïdes X18 et Y18 représentent respectivement 50,76% et 47,95% dans le groupe de sujets âgés (groupe 1), 50,35% et 48,55% dans le groupe des témoins. Le taux d'aneuploïdie totale est de 1,29% chez les sujets âgés du groupe 1 et de 1,10% chez le groupe témoin. Pour le groupe 2 (sujets avec un arrêt de la spermiogenèse), les pourcentages de cellules X18, Y18 et le taux d'aneuploïdie étaient respectivement 47,96%, 37,75% et 14,28% au niveau des spermatides (n=98). Ce taux d'anomalies de 14,28% est significativement accru, comparé aux résultats du groupe 1 et des témoins.

Au total nous avons conclu qu'une spermatogenèse peut être conservée à un âge très avancé (95 ans), que le taux d'aneuploïdie postméiotique des sujets âgés à spermatogenèse complète n'est pas globalement différent de celui qui est observé chez des sujets jeunes témoins et que l'incidence des aneuploïdies post-méiotiques semble être plus élevée lorsque la spermiogenèse est arrêtée (14,28%versus 1,10%).

Mots clés

vieillissementtesticuleshistomorphomètriespermatozoïdesFISH et anomalie chromosomique

Notes

Advertisement