Open Access

Troubles sexuels résultants de la stérilité (après échec des traitements)

  • Frédérique Guillet-May1Email author,
  • Olivier Thiebaugeorges1,
  • Nadia Dandachi1,
  • Annie Zaccabri1,
  • Patricia Barbarino-Monnier1,
  • Odile Heymes1 et
  • Claire Busselot1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française14:BF03034789

https://doi.org/10.1007/BF03034789

Reçu: 15 janvier 2004

Accepté: 15 février 2004

Resume

|A côté des troubles sexuels à l'origine d'une stérilité, on recense lors des échecs de prise en charge de couples stériles en Aide Médicale à la Procréation (AMP) ou lors de l'inclusion dans des protocoles d'insémination avec sperme de donneur (IAD) l'apparition de dysfonctions sexuelles. Les réactions affectives à l'échec de traitement sont comparables à un processus de deuil, mais avec perte d'un projet de vie potentielle, et souvent deuil de la sexualité.

Face au diagnostic de stérilité définitive, on recense tant chez l'homme que chez la femme 70 à 80% de dépressions réactionnelles, troubles sexuels, et difficultés relationnelles.

L'équipe d'AMP de Nancy retrouve 13 dysfonctions sexuelles sur 33 couples en échec de FécondationIn Vitro (FIV) et 15 dysfonctions sexuelles sur 120 couples en IAD; elle détaille les conduites à tenir préventives.

Dans tout parcours d'AMP, la qualité de la vie sexuelle doit être interrogée par les médecins; les antécédents de violences sexuelles seront recherchés; les limites temporelles de la prise en charge doivent être régulièrement fixées.

La prise en charge multidisciplinaire (gynécologue obstétricien, andrologue, psychiatre, psychologue, sophrologue, infirmier et sage-femme) est la seule garante d'une prévention de troubles psycho-sexuels résultant des traitements de stérilité.

Most clés

stérilité sexualité psychosomatique désir sexuel qualité de vie dysfonction érectile

Notes

Advertisement