Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Abus et danger du traitement au citrate de clomiphène dans l’infertilité masculine

AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française8:65

https://doi.org/10.1007/BF03034764

Resume

Objectif

Présenter un cas de séminome chez un homme traité au citrate de clomiphène (CC) pour infertilité avec antécédents de cryptorchidie et passer en revue la littérature du séminome dans le contexte des facteurs à haut risque.

Présentation du cas

Il s’agit d’un subjet opéré à 17 ans, d’une double orchidopexie pour cryptorchidie bilatérale. A 29 ans, un traitement au long cours de CC à la dose de 25 mG/jour lui a été administré pour une infertilité primaire avec oligo-asthéno-tératozoospermie. Quelque amélioration du sperme a été relevée. Divers cycles d’assistance médicale à la procréation durent cependant être mis en pœuvre chez le couple. Tous ces efforts furent apparement couronnés de succès par la survenue, dans l’intervalle des cycles traités, d’une grossesse évolutive heureusement terminée par l’accouchement d’un garçon bien portant. Mais peu de temps après, un séminome typique du testicule droit fut découvert. Trois années de traitement venaient de s’écouler. La littérature relate six cas de tumeurs testiculaires apparues chez des sujets soignés durant des périodes variables pour infertilité par des médications hormonales diverses.

La cryptorchidie est sans aucun doute un facteur à haut risque de malignité. On sait également que les troubles de la spermatogénèse responsales de l’infertilité masculine comportent également des risques non négligeables de malignité. En élevant le taux plasmatique des gonadotrophines et de la testostérone, en activant les récepteurs des œstrogènes ainsi que par d’autres mécanismes moins connus, le citrate de clomiphène est sans aucun doute susceptible de promouvoir des transformations malignes.

En conclusion

La stimulation à long terme des testicules par le citrate de clomiphène requiert beaucoup de prudence, d’autant plus que les avantages de ce traitement sont contestés. Lorsqu’il s’agit, de plus, d’un cas à haut risque en raison de la cryptorchidie, toute stimulation prolongée des gonades devrait être prohibée.

Mots-clés

GonadesInfertilité masculineCitrate de ClomiphèneEffects secondairesCryptorchidieNéoplasies testiculaires germinalesTumeurs malignes

Advertisement