Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Place des tests d’interaction sperme-mucus dans le bilan masculin de l’infécondité

  • Y. Soffer1,
  • A. Raziel2,
  • S. Friedler2,
  • S. Kaufman1,
  • D. Strassburger2,
  • A. Herman3 et
  • R. Ron-El2
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française8:BF03034760

https://doi.org/10.1007/BF03034760

Resumé

Il est souvent nécessaire de faire une analyse fine du pouvoir fécondant des spermatozoïdes chez des couples infertiles. Le mucus cervical protège les spermatozoïdes et permet leur survie, assurant, à l’ovulation, une ascension continue de spermatozoïdes dans les voies génitales de la femme. Le test post-coïtal a longtemps été la seule épreuve fonctionnelle des spermatozoïdes. Il teste la pénétration et la survie des spermatozoïdes dans la glaire cervicale, les premieres d’une longue série d’étapes que doivent parcourir les gamètes mâles dans leur ascension vers l’ovule. Mais le TPC n’est pas dépourvu d’implications émotives et doit se faire le plus simplement possible pour éviter des inhibitions sexuelles. Dans les conditions optimales, le nombre de spermatozoïdes mobiles dans la glaire de l’endocol corrèle bien avec l’analyse du sperme et avec les chances de grossesses. En présence d’anticorps antispermatiques, on ne trouve au TPC que fort peu de spermatozoïdes en contraste avec la qualité de l’éjaculat ou beaucoup, mais immobiles ou agités. On peut aussi faire des tests in-vitro, (techniques de Kurzrok ou de Kremer) avec une glaire humaine ou avec des substituts bovins ou synthétiques. Ces épreuves évaluent bien la qualité du sperme mais ne corrèlent que partiellement avec le TPC naturel en raison de la nature complexe de la fonction du col utérin. Dans un groupe de FIV que nous avons analysé, le TPC corrèle avec les taux de fécondations et de grossesses en FIV et contribue à dépister le groupe à haut risque dans lequel des examens complémentaires peuvent trier les couples relevant de micro-injection. Cependant, le TPC a été critiqué pour sa méthodologie et surtout pour sa faible validité. Dans notre groupe de FIV, l’analyse de la validité du TPC et de tous les autres éléments d’appréciation de la qualité du sperme vis à vis des fécondations et grossesses confirme cette faible validité et montre qu’elle est commune à tous ces éléments d’appréciation, sans doute à cause de la nature multifactorielle du pouvoir fécondant des spermatozoïdes. L’analyse multifactorielle montre néanmoins que le TPC tient une place de premier plan parmi les examens pratiqués. Ainsi, l’évaluation du pouvoir fécondant des spermatozoïdes ne peut se fonder sur aucune épreuve isolée. Elle requiert une cascade judicieuse d’examens et c’est à leur lumière que l’on peut dresser un bilan valable et décider du geste thérapeutique rationnel.

Mots-clés

infertilité-masculinetest post-coitalspermatozoïdesmucus cervicalépreuves fonctionnelles des spermatozoïdesfécondationsgrossessesFIV

Advertisement