Skip to content

Advertisement

  • Physiologie et Pathologies Testiculaires
  • Open Access

Les molécules de signalisation dans la physiologie et la pathologie testiculaire

  • 1Email author,
  • 2,
  • 3,
  • 3,
  • 3 et
  • 1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française10:BF03034753

https://doi.org/10.1007/BF03034753

    Resume

    On estime à l’heure actuelle qu’environ 10% des couples dans le monde sont concernés par des problèmes de procréation. Dans au moins la moitié des cas d’infertilité, c’est le partenaire masculin qui est en cause. Les infertilités masculines ont soit une origine non obstructive (l’anomalie est testiculaire ce sont les infertilités dites sécrétoires) ou obstructive (l’anomalie est observée sur les voies excrétrices). Les infertilités sécrétoires touchent environ 2% des hommes dans le monde. Ces infertilités sont dues à un déficit primaire dans la production de spermatozoïdes. Si pour certaines de ces affections une origine génétique, physique, chimiothérapeutique ou infectieuse a été identifiée, pour plus de la moitié d’entre elles, la cause reste encore inconnue. Au cours de ces dernières années, les travaux de recherche fondamentale ont apporté un éclairage nouveau et suggèrent qu’une atteinte des systèmes de signalisation cellulaire pourrait être une cause potentielle de certaines infertilités sécrétoires idiopathiques. Ainsi, les expériences de transgenèse ont montré que l’absence d’expression ou la surexpression de certaines molécules de signalisation provoque une altération de la spermatogenèse chez l’animal. C’est le cas pour les systèmes TGFβ et SCF/c-kit, par exemple. Les données expérimentalesin vivo mais surtoutin vitro, ont permis de mieux comprendre les mécanismes par lesquels certaines molécules de signalisation intragonadiques régulent les fonctions testiculaires en interaction avec les hormones (LH/testostérone, FSH). Ces facteurs gonadiques joueraient un rôle important pendant la vie fœtale, probablement en interaction avec les gènes du développement gonadique, mais aussi à l’âge adulte où ces facteurs réguleraient la spermatogenèse en tant que relais des systèmes endocriniens classiques. Des études récentes suggèrent, déjà, que les facteurs locaux pourraient être à l’origine de certaines pathologies testiculaires chez l’homme. Il est à parier que les travaux futurs vont confirmer le rôle joué par ces molécules en pathologie testiculaire humaine.

    Mots Cles

    • Spermatogenèse
    • facteurs de croissance
    • transgenèse
    • stérilité masculine

    Advertisement