Open Access

Méthodes d’évaluation des érections automatiques nocturnes dans les dysfonctions érectiles

  • Jean-Pierre Molgatini1
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française4:BF03034733

https://doi.org/10.1007/BF03034733

Resume

Depuis plus de 25 ans, l’étude des érections automatiques nocturnes (EAN), fait classiquement partie de l’exploration des dysfonctions érectiles. Plusieurs méthodologies ont été proposées; toujours non invasives, généralement peu onéreuses et aisément réalisables. Elles n’en nécessitent pas moins une bonne connaissance des bases physiologiques et des critères qualitatifs et quantitatifs d’appréciation des EAN, pour éviter toute interprétation abusive ou hasardeuse. A la lumière de plus de 8000 nuits enregistrées, il est possible de dégager les avantages, les inconvénients et les coûts de fonctionnement des principaux appareillages utilisables. Bien qu’actuellement un peu délaissées, la Pléthysmographie d’Erection Nocturne (NPT) et la Rigidimétrie demeurent la pierre angulaire dans l’exploration des dysfonctionnements érectiles. Toujours nécessaires, ces examens sont parfois suffisants, par exemple lorsqu’ils sont normaux et permettent d’affirmer l’étiologie psychogène de l’impuissance. Dans les autres cas, ils devront être assortis d’autres examens complémentaires, dont les résultats sont corrélés à 80% avec la NPT. Un regain d’intérêt pour l’étude des EAN se fera jour lorsqu’on aura résolu l’actuelle quadrature du cercle; à savoir disposer d’un appareillage bon marché, permettant d’enregistrer turgescence, rigidité et sommeil paradoxal, sans inconfort et au domicile du patient.

Mots clés

Impuissance Sommeil Paradoxal Erections Automatiques Nocturne Pléthysmographie d’Erection Nocturne Rigidimétrie

Advertisement