Open Access

Exploration du plasma seminal humain: Nouvelle approche par la resonance magnetique nucleaire du proton (RMN-1H)

  • S. Hamamah1,
  • F. Seguin2,
  • C. Barthélémy1,
  • A. Fignon1,
  • S. Akoba2,
  • A. Lepape2,
  • J. Lansac1 et
  • D. Royère1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française2:BF03034585

https://doi.org/10.1007/BF03034585

Résumé

Nous avons identifié et évalué par Resonance Magnétique Nucléaire du Proton (RMN-1H, dans le plasma séminal humain, des marqueurs biochimiques tels que la Glycérylphosphorylcholine (GPC), la Glycérylphosphoryléthanolamine (GPE), l’acide Citrique (Cit) et l’acide Lactique (Lac). Les valeurs des marqueurs GPC, Cit et Lac sont plus faibles dans les groupes azoospermies sécrétoires, excrétoires ou OATs par rapport aux normospermies (16,79; 8,18; 2,28 vs 23,38; 10,58 et 4,3 respectivement; p<0,01). Les rapports de l’aire des pics Cit/Lac et GPC/Lac montrent une différence significative entre les normospermies et les azoospermies sécrétoires ou excrétories (p<0,01). Nous avons également trouvé une différence significative du rapport d’intensité GPE/GPC entre les azoospermies sécrétoires et excrétoires (p<0,001). Cette étude nous a permis d’identifier des marqueurs tels que la GPC, la GPE, le Cit et le Lac. Ceux-ci peuvent être utilisés d’une part pour l’exploration du plasma séminal des patients infertiles et d’autre part pour differencier les azoospermies sécrétoires des excretoires.

Mots clés

RMN Plasma séminal azoospermie humain

Advertisement