Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Localisation du récepteur des androgènes dans le testicule

  • C. A. Suarez-Quian1,
  • B. O. Oke2 et
  • W. Vornberger
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française7:293

https://doi.org/10.1007/BF03034547

Resume

La question de savoir si les cellules de la lignée germinale possèdent ou non des récepteurs aux androgènes reste débattue. Dans ce travail nous avons déterminé la distribution des récepteurs aux androgènes dans le testicule de rat et de souris à l'aide d'un anticorps polyclonal de lapin purifié par affinité, dirigé contre un peptide de 21 acides aminés de la région terminale du récepteur des androgènes (RA), marqué par le système biotine-streptavidine immunoperoxidase.

La spécificité de l'anticorps est attestée par les points suivants: 1) Présence d'une bande spécifique approximativement à 110 kD en Western immunoblot; 2) Elimination spécifique du marquage par pré-adsorption de l'anticorps avec le peptide de 21 acides aminés; 3) Mise en évidence d'une relation entre l'intensité du marquage dans toutes les cellules RA positives en fonction de la dilution des antisérums; 4) Mise en évidence dans tous les tissus connus pour exprimer de façon importante des RA (par exemple l'épididyme, la prostate, les vésicules séminales) d'un marquage extrêmement intense au niveau du noyau des cellules épithéliales; 5) Obtention d'un réaction RA positive avec les anticorps dans les lignées de cellules prostatiques connues pour exprimer les récepteurs aux androgènes; 6) Positivation de cellules COS-7 après leur transfection par un vecteur exprimant le récepteur aux androgènes de rat. De plus la distribution intracellulaire des RA dans les cellules COS-7 est fonction de la présence d'androgènes dans le milieu.

L'immunolocalisation des récepteurs aux androgènes montre les points suivants: à l'intérieur du compartiment interstitiel chez le rat adulte des RA sont détectés dans quelques cellules de Leydig et dans toutes les cellules musculaires lisses formant la paroi des vaisseaux sanguins, alors que les cellules endothéliales restent négatives. Dans les tubes séminifères les RA sont observés dans tous les noyaux des cellules myoïdes péritubulaires, mais pas dans les couches plus périphériques correspondant aux cellules endothéliales des vaisseaux lymphatiques. Dans les cellules de Sertoli le marquage nucléaire des RA est spécifique du stade de l'épithélium séminifère: la positivité du marquage commence à devenir évidente vers le stade IV tardif du cycle, atteint un pic très fort aux stades VII et VIII puis disparaît complètement. Un immunomarquage spécifique a également été mis en évidence dans les noyaux des spermatides allongées stade XI, stade auquel l'élongation nucléaire est déjà apparente mais sans que la condensation de la chromatine soit déjà commencée. Dès le début de la condensation de la chromatine des spermatides allongées, l'immunomarquage nucléaire disparaît en même temps que le cytoplasme devient positif. Globalement les mêmes observations ont été faites sur le testicule de Souris adulte, excepté le fait que, dans cette espèce, toutes les cellules de Leydig sont très fortement RA positives.

Afin de confirmer l'immunomarquage des RA nous avons réalisé des études d'hybridation in situ dans le testicule de Rat adulte à l'aide d'une sonde antisens ARNc de 236 paires de bases (I'ADNc de RA nous a été donné par le Docteur Chang, Université du Wisconsin, Madison, WI). Un important signal d'hybridation a été observé à la base de l'épithélium séminifère, dans la région occupée par les cellules de Sertoli et les spermatogonies. Ceci nous a conduit a réexaminer les résultats de l'immunomarquage afin de déterminer si les spermatogonies étaient également positives pour les anticorps anti RA. Nos résultats préliminaires sont en faveur de la présence de RA dans certaines populations spermatogoniales. Au total, ces résultats concordent avec des observations antérieures suggérant que les RA sont présents dans les cellules somatiques du testicule; de ce fait, ce sont ces types cellulaires qui vraisemblablement répondent aux androgènes circulants pour contrôler la spermatogenèse. Cependant nos résultats montrent également un immunomarquage de certains élements de la lignée germinale ce qui réactualise la controverse concernant le fait de savoir si la lignée germinale peut répondre ou non directement aux androgènes.

Mots clés

Androgènescellules germinalesimmunohistochimierécepteurs des androgènestesticule

Notes

Advertisement