Open Access

Sexualité des patients après traitements anti-cancéreux-nécessité d'une prévention

  • C. Cabanis1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française5:BF03034537

https://doi.org/10.1007/BF03034537

Resume

Sexe et cancer, plaisir et mort, ces mots sont difficiles et douloureux dans leur association et leur évocation.

Alors que l'on sait que cette réalité existe, la sexualité des patients traités pour cancer, et celle de leur conjoint, est méconnue, voire ignorée par les médecins et les cancérologues, et peu présente encore dans les consultations de sexologie. Pourtant, malheureusement, le cancer est encore une maladie fréquente frappant les deux sexes, pas uniquement d'âge avancé,dans leur corps et leur vie, et les relations sexuelles existent heureusement toujours entre les hommes et les femmes; nous y sommes done confrontés.

La vie sexuelle des patients traités pour cancer mérite que nous nous en occupions. les conséquences des actes et traitements sur la sexualité de la personne et du couple peuvent être prévenues; cette prévention devrait se situer au-delà d'une information générale, le plus souvent imprécise et inadaptée ou d'une information purement clinique sur les réparations possibles d'une fonction perdue.

La prévention doit done avoir des objectifs, des moyens et un temps.

Les objectifs: Permettre, maintenir, retrouver ou trouver une vie sexuelle et relationnelle satisfaisante. Sauvegarder la fonction sexuelle, la sensualité, la communication érotique et la jouissance, semble indispensable à une qualité de la vie physique et psychique dans “I'après traitement”.

Le temps: Il se situe avant, pendant et après, voire longtemps après les phases diagnostiques et thérapeutiques de la maladie.

La prévention, c'est aussi les propositions thérapeutiques que l'on peut faire au patient si des troubles sexuels existent, apparaissent ou persistent:
  • • traitements spécifiques visant à une récupération de la “fonctionnalité” sexuelle, érectile dans les cas où la part d'organicité est importante.

  • • sexothérapie associée aux précédents traitemetns, ou seule, s'il s'agit de dysfonctions sexuelles sans composante organique majeure (manque d'intérêt sexuel, trouble du désir,┬).

Mots clés

sexualité masculinecancerprévention des troubles sexuels

Advertisement