Skip to content

Advertisement

  • Endocrinologie
  • Open Access

Mise en évidence des transcrits du cytochrome P450 aromatase dans les spermatozoïdes humains éjaculés

AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française11:36

https://doi.org/10.1007/BF03034508

    Resume

    La conversion irréversible des androgènes en estrogènes est liée à l’existence d’un complexe enzymatique microsomial: le cytochrome P450 aromatase. Chez les mammifères, la présence de cette protéine dans le testicule est depuis longtemps établie. En effet, les ARNm codant pour le cytochrome P450 aromatase (P450arom), ainsi qu’une activité enzymatique ont été détectés non seulement dans les cellules somatiques du testicule (cellules de Sertoli et cellules de Leydig), mais également dans les cellules germinales de nombreuses espèces. Chez l’homme, la présence intracellulaire d’estrogènes et la mise en évidence d’un récepteur pour ces hormones sont autant de données permettant d’envisager les spermatozoïdes comme des cellules cible et/ou des cellules source d’estrogènes. Le but de notre travail a donc été d’étudier la possibilité pour les spermatozoïdes humains de synthétiser des estrogènes en recherchant d’une part, la présence de transcrits codant pour le P450arom et d’autre part, en mesurant les taux intracellulaires d’estradiol. Des ARNr 18 S et 28 S ont étès mis en évidence dans 10 des 14 échantillons de spermes étudiés provenant de patients normospermes. A l’aide d’amorces spécifiques, nous avons détecté par RT-PCR (transcription inverse associée à une polymérisation en chaîne) l’ARNm de l’aromatase dans trois échantillons, alors que tous expriment l’ARNm codant pour la GAPDH. Une “semi-nested-PCR” nous a alors permis de confirmer la présence de transcrits de l’aromatase dans les échantillons où le signal n’était pas visible en première PCR. Les taux intracellulaires d’estrogènes dans le spermatozoïde humain varient de 47 à 222 fmol/éjaculat et sont en accord avec ceux précédemment publiés. En conclusion, nous rapportons pour la première fois la présence de messagers codant pour le P450arom dans le spermatozoïde humain, et la possibilité de leur traduction en protéine biologiquement active.

    Mots clés

    • Aromatase
    • spermatozoïde humain
    • estrogènes
    • RT-PCR

    Notes

    Advertisement