Skip to content

Advertisement

Open Access

L’Inhibine B sérique, marqueur sensible de la production spermatique chez l’homme

  • Y. Fulla1,
  • J. Auger2,
  • S. Allali2,
  • L. Nonnenmacher1 et
  • P. Jouannet2
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française11:BF03034507

https://doi.org/10.1007/BF03034507

Résumé

Des données acquises au cours des dernières années indiquent que le dosage de l’inhibine B sérique est un marqueur très utile de la spermatogenèse. Le propos du présent travail était l’évaluation de cette technique à l’occasion de son transfert technologique dans notre hôpital par l’étude d’hommes dans différentes situations cliniques consultant pour infécondité du couple. Nous avons ainsi pu confirmer l’intérêt majeur du dosage de l’inhibine B par le “dimeric assay” à côté du dosage de la FSH pour évaluer de manière indirecte la spermatogenèse de ces hommes. Nous avons trouvé que les valeurs d’inhibine B sérique étaient en corrélation directe avec le niveau de production spermatique et en corrélation inverse avec le taux de FSH. Cependant les taux d’inhibine B présentaient un meilleur pouvoir discriminant que les taux de FSH. Par exemple, la mesure de l’inhibine B différenciait les hommes présentant une oligozoospermie sévère des hommes azoosperme de manière beaucoup plus significative que la FSH (p=0,0002 vs p=0,007 respectivement). D’une manière générale, les résultats obtenus dans la présente étude étaient similaires à ceux rapportés dans les études déjà publiées reposant sur la même technique de dosage. En résumé et sur le plan pratique, le dosage de l’inhibine B est sensible et beaucoup plus spécifique que celui de la FSH pour refléter le niveau de fonctionnalité de la spermatogenèse et dans les cas des azoospermies, le dosage de l’inhibine B semble particulièrement intéressant pour distinguer azoospermies sécrétoires et excrétoires.

Mots-clés

Inhibine BFSHtesticulespermatogenèseconcentration de spermatozoïdesinfertilité masculine

Advertisement