Skip to content

Advertisement

Open Access

Physiologie de la Barrière Sang-Testicule

  • B. P. Setchell1, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française11:BF03034506

https://doi.org/10.1007/BF03034506

Résumé

Des preuves de l’existence d’une barrière entre la lumière des tubes séminifères et le sang sont représentées par: la coloration inégale des testicules après injection de certains colorants, la distribution des substances radioactives dans le testicule, la composition des fluides du rete testis et de la lumière des tubes, la vitesse de pénétration de différentes substances dans ces fluides, et la présence de jonctions spécialisées entre les cellules de Sertoli qui bloquent la pénétration du lanthanum et d’autres marqueurs opaques aux électrons dans les tubules. Cette barrière se développe au moment de la puberté. Cependant, les cellules endothéliales du testicule ont des caractéristiques qui sont retrouvées dans les cellules endothéliales du cerveau qui forment la barrière sang-cerveau. Le tissue péritubulaire possède aussi un système spécifique pour le transport de l’urée, et ces deux tissus peuvent aussi réguler l’entrée des substances dans le testicule. La barrière reste effective dans certaines circonstances dans lesquelles la spermatogenèse est perturbée, mais la barrière est moins effective pendant la phase de régression testiculaire chez les espèces à reproduction saisonnière. Il existe aussi des traitements qui rompent la barrière en perturbant la spermatogenèse. Il faut que les spermatogonies injectées dans le rete passent à travers la barrière Sertolienne pour rétablir la spermatogenèse dans les testicules infertiles, mais les cellules leucémiques injectées dans le rete peuvent aussi passer de la lumière dans l’interstitium où une récidive de la maladie peut survenir.

Mots Clés

BarrièretransporttesticuleSertolispermatogenèseleucémie

Notes

Advertisement