Open Access

Nouveaux marqueurs séminaux

  • P. Fenichel1, 2 et
  • G. Pointis2
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française10:BF03034499

https://doi.org/10.1007/BF03034499

Résumé

Plusieurs protéines détectées dans le liquide séminal ont été proposées comme marqueur de la spermatogenèse afin de mieux comprendre les mécanismes physiopathologiques de l’insuffisance spermatique et servir de facteur pronostic avant biopsie testiculaire. Pour être informative, une telle protéine doit être strictement d’origine testiculaire produite soit par la cellule de Sertoli soit par les cellules germinales, disparaître après vasectomie et être présente à une concentration détectable dans le liquide séminal. L’hormone anti-Müllérienne (AMH) d’origine strictement sertolienne, est sécrétée à l’âge adulte préférentiellement vers la lumière du tube séminifère. Sa concentration séminale semble corrélée à la spermatogenèse. Elle est diminuée en cas d’azoospermie sécrétoire avec hypospermatogenèse et nulle apreès vasectomie ou en l’absence de toute spermatogenèse complète. Son dosage séminal pourrait représenter un marqueur pronostic simple avant prélèvement testiculaire en vue d’une ICSI.

Mots Clés

Spermatogenèse Marqueur séminal azoospermie sécrétoire AMH ICSI

Notes

Advertisement