Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Anticorps anti-spermatozoïdes: techniques de dépistage et interprétation des résultats

AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française13:BF03034412

https://doi.org/10.1007/BF03034412

Resume

Le diagnostic d’une immunisation anti-spermatozoïdes implique la mise en évidence d’anticorps spécifiquement dirigés contre des antigènes spermatiques par des techniques diverses, dont les plus utilisées permettent la détection des anti-corps fixés, spontanément ou passivement, à la surface des spermatozoïdes. Ces anticorps ont été recherchés dans le sang et dans les sécrétions génitales (liquide séminal, mucus cervical) par leurs effets directs, agglutinant, immobilisant ou cytotoxique, sur des spermatozoïdes témoins, ou indirectement par la fixation secondaire d’anticorps anti-immunoglobulines humaines couplés à des billes. Ces dernières techniques ont permis aussi la recherche directe des anticorps présents à la surface des spermatozoïdes éjaculés, étape essentielle dans l’évaluation d’une infertilité autoimmune.

La réaction d’agglutination mixte (MAR) et le test de fixation des Immunobilles (IBT) sont couramment utilisés dans la recherche des anticorps fixés sur les spermatozoïdes. Les deux tests permettent d’évaluer le pourcentage de spermatozoïdes mobiles porteurs d’anticorps et leur localisation à la surface du gamète mâle. Quand ce pourcentage est surpérieur à 20, le test est considéré positif, mais ce n’est qu’au delà de 50% qu’il faut envisager la responsabilité des anticorps dans l’infertilité masculine. Une bonne concordance des résultats a été observée dans les séries dans lesquelles les deux tests ont été utilisés en parallèle sur les mêmes spermes. Ceci justifie l’utilisation du MAR test, de réalisation plus facile, dans le dépistage d’une auto-immunisation anti-spermatozoïdes. Face à un résultat positif au MAR test, il est conseillé d’effectuer secondairement l’IBT qui permet d’analyser spécifiquement la classe des anticorps détectés.

Si la recherche directe des anticorps fixés sur les spermatozoïdes nous fourni les renseignements nécessaires à l’établissement d’un pronostic de l’infertilité masculine, la recherche des anticorps présents dans le sang et dans le liquide séminal, en utilisant les Immunobilles en technique indirecte, nous permet de mieux cerner l’importance du processus immunitaire. Cette technique permet aussi de rechercher les anticorps dans le sérum et dans le mucus cervical de femmes infertiles suspectes d’immunisation anti-spermatozoïdes. Pour pouvoir définir la responsabilité de ces anticorps dans l’état d’infertilité du couple, les résultats obtenus avec l’IBT doivent être exprimés en titres et validés par rapport à des populations témoins fertiles, ce qui est rarement fait dans les laboratoires spécialisés.

Mots clés

infertilitéspermatozoïdesanticorpsMARimmunobilles

Advertisement