Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

œstrogènes et contrôle de la prolifération germinale

AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française13:28

https://doi.org/10.1007/BF03034406

Resume

L’examen des souris invalidées pour les gènes de l’aromatase ou des récepteurs des estrogènes, les données cliniques d’insuffisance estrogénique primitive chez l’homme par mutation de ces mêmes gènes, les conséquences de l’exposition pré-natale au distilbène*, un estrogène puissant prescrit aux femmes enceintes entre les années 50 et 70, et les données récentes sur les mécanismes d’action des estrogènes, invitent à réévaluer totalement le rôle des hormones stéroïdes dites “féminines” dans la physiologie de la reproduction masculine. Il apparaît ainsi vraisemblable qu’une balance androgènes/estrogène appropriée soit nécessaire à la fois au cours de la différentiation sexuelle, à la descente testiculaire, à la préparation périnatale de la spermatogenèse et à son plein développement à l’âge adulte, ainsi qu’à la maturation des spermatozoïdes d’autant que le testicule exprime à la fois l’aromatase et les récepteurs REα et REβ. Ces différents éléments rendent plausibles l’hypothèse du rôle des perturbateurs endocriniens environnementaux de type xénoestrogènes dans la baisse de la fertilité masculine, l’augmentation des malformations des organes génitaux et du cancer du testicule, et justifient les essais de validation scientifique. Mais les mécanismes d’action précis des estrogènes dans la physiologie de la reproduction masculine et ses perturbations restent encore très imparfaitement caractérisés.

Mots clefs

estrogènesspermatogenèserécepteurs des estrogènesprolifération germinalearomatasecellule de Sertoli

Advertisement