Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Les sources d’estrogènes

  • Serge Carreau1Email author,
  • Sonia Bourguiba1,
  • Isabelle Denis-Galeraud1 et
  • Sophie Lambard1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française13:BF03034405

https://doi.org/10.1007/BF03034405

Resume

Le cytochrome P450 aromatase (P450arom) est l’enzyme qui est responsable de la transformation irréversible des androgènes en estrogènes. Chez l’homme le P450arom est le produit d’un gène uniqueCYP19 localisé sur le chromosome 15 dans la bande q21.1, c’est l’un des plus longs (environ 120 kb) parmi ceux codant pour des enzymes stéroïdiens. Il est composé de 18 exons dont 9 sont codants; ce gène est singulier car il renferme au moins 8 exons non traduits tous situés dans l’extrémité 5’ et épissés après leur transcription en aval d’autant de promoteurs dits «tissu-spécifiques». Les éléments régulateurs diffèrent d’un promoteur à l’autre et l’expression du gène dépend donc de l’environnement cellulaire. Nos résultats et ceux de la littérature démontrent que non seulement les cellules somatiques mais aussi les cellules sexuelles sont capables de produire des estrogènes. Dans le testicule du rat mature, l’expression de l’aromatase est contrôlée par les promoteurs II et I.4. Le taux de transcrits du P450arom est 2 fois plus élevé dans les spermatocytes pachytènes que dans les spermatides rondes alors que la bioactivité de la protéine évolue en sens inverse (elle est 4–5 fois plus importante dans les spermatozoïdes que dans les cellules plus jeunes). Très récemment nous avons démontré que les spermatozoïdes éjaculés chez l’homme renferment une aromatase avec des taux d’ARNm qui varient en fonction de la qualité du spermatozoïde: la quantité de messagers est diminuée de 30% dans les cellules immobiles. Si la testostérone est le médiateur principal du développement testiculaire, les estrogènes produits localement, compte tenu de la présence de récepteurs spécifiques (REα et/ou REβ), sont sans aucun doute impliqués dans le contrôle de la spermatogenèse en agissant soit directement sur les cellules sexuelles soit par l’intermédiaire des cellules somatiques, en particulier au niveau des spermatides et de la maturation du spermatozoïde.

Mots clés

estrogènesaromatasespermatogenèserécepteurs estrogènesfertilité

Advertisement