Open Access

Facteurs de stress psychologique et qualité du sperme dans une population de 450 hommes infertiles slovènes

  • B. Zorn1Email author,
  • I. Virant-klun1,
  • M. Kolbezen1,
  • V. Velikonja1 et
  • H. Meden-Vrtovec1
Andrologie200111:BF03034398

https://doi.org/10.1007/BF03034398

Publication: 1 juin 2001

Résumé

Le but de cette étude prospective a été d’examiner les relations entre divers facteurs de stress et la fonction de reproduction masculine dans deux populations: 450 hommes consultant pour infertilité du couple (groupe 1) et 45 hommes issus de couples en cours de traitement par AMP (groupe 2). Au cours du suivi des hommes, différentes caractéristiques psychologiques ont été étudiées par deux questionnaires, l’un dépistant la symptomatologie dépressive (questionnaire “WHO (five) Well-Being Index”) et l’autre, le degré d’anxiété (questionnaire de ZUNG), complétés par des questions relatives à la réaction face au stress chronique quotidien et à une éventuelle exposition à un stress aigu. L’ensemble de ces données a été confronté aux résultats du spermogramme réalisé concomitamment. Dans le groupe 1, le trait dépressif (score ≤5) était présent pour 6,5% des hommes; dans le groupe deux, 5,3% des hommes étaient concernés (4,8% dans le sous-groupe ICSI, 5,9% dans le sous-groupe FIV). Le trait anxieux (score ≥ 34) était présent pour 20,3% des hommes du groupe 1 contre 30,8% des hommes du groupe 2 (50% dans le sous-groupe ICSI contre 6% dans le sous-groupe FIV, p<0,005). L’incidence des traits dépressifs et anxieux était deux fois plus élevée que celle observée dans une population générale. Tenant compte des facteurs de confusion (âge, durée d’abstinence sexuelle, rang de l’infertilité, notion de fièvre, antécédents de cryptorchidie et d’infection, varicocèle), les relations entre les valeurs des caractéristiques du sperme et les scores de dépression et d’anxiété, la réaction face au stress chronique et l’exposition à un stress aigu ont été étudiées par régression linéaire multiple. Il existait une relation positive entre le score de dépression et la concentration de spermatozoïdes (hausse de 7,3% par unité de score), une relation négative entre la réaction face au stress chronique de la vie quotidienne, le nombre total des spermatozoïdes (baisse de 3,1% par unité de score), les mobilités progressives de type “a” et “a+b” et la vitalité (respectivement baisse de 0,5, 0,5 et 0,6% par unité de score) et une relation positive entre l’exposition au stress aigu et la mobilité “a+b” (hausse de 3,5% en cas d’exposition à un stress aigu). Il n’a pas été retrouvé de différence pour les scores de dépression, anxiété, stress chronique et aigu selon qu’une grossesse spontanée ou non await été observée. La présente étude indique que dans une population d’hommes en cours d’investigation ou de traitement pour une infertilité, la dépression et l’anxiété sont fréquentes tandis que les caractéristiques du sperme peuvent être modulées de manière non univoque en fonction de la présence de dépression (baisse de la concentration des spermatozoïdes), de la réaction face au stress chronique (baisse du nombre, des mobilités “a” et “a+b” et de la vitalité) et de l’exposition au stress aigu (meilleure mobilité “a+b”). Ces résultats plaident en faveur d’une approche multidisciplinaire du couple et de l’homme inféconds avec prise en charge particulière de la dépression et de la réaction face au stress.

Mots-clés

anxiété caractéristiques du sperme dépression hommes infertiles stress aigu stress chronique

Notes

Advertisement