Open Access

Prévention des risques d’infertilité liés aux traitements antitumoraux dans le cancer du testicule

  • J. Auger1,
  • J. M. Kuntsmann1,
  • F. Czyglik1 et
  • P. Jouannet1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française10:BF03034371

https://doi.org/10.1007/BF03034371

Résumé

Au cours de ces dernières années, les progrès de la thérapeutique anticancéreuse ont permis d’obtenir la rémission d’un nombre croissant de cancers. Cependant, lorsque le cancer atteint des hommes jeunes, les traitements utilisés entraînent dans la majorité des cas une stérilité temporaire ou définitive sans que l’on dispose à ce jour de moyens pour la prédire. Ce problème se pose de façon aiguë dans le cas du cancer du testicule devenu le cancer le plus fréquent chez l’homme jeune en âge de procréer car la production et la qualité du sperme est déjà faible avant tout traitement. Une mesure préventive avant tout traitement consiste à effectuer une cryoconservation du sperme. Le présent article essentiellement basé sur des données accumulées durant les 25 dernières années au CECOS Paris Cochin fait le point sur les modalités et l’intérêt clinique de cette procédure. Les résultats récents de l’utilisation des spermes conservés en AMP sont favorables: grâce aux nouvelles possibilités offertes par la fécondationin vitro, et la fécondation assistée par microinjection intraovocytaire de spermatozoïde (ICSI), un nombre croissant de grossesses a pu être obtenu y compris avec des spermes de très faible qualité. A la lumière de ces résultats, l’intérêt clinique de la cryoconservation du sperme d’hommes atteints d’un cancer du testicule est démontré: celle-ci demeure le moyen le plus sûr de permettre une paternité future.

Mots clés

Cancer du testicule conservation de sperme thérapeutique antitumorale assistance médicale à la procréation

Advertisement