Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Cryptorchidie et température testiculaire

  • R. Mieusset1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française5:BF03034336

https://doi.org/10.1007/BF03034336

Resume

Le testicule migre en situation scrotale avant la naissance. Cette migration est associée à une réduction de la température de l’environnement thermique du testicule, la température de la cavité intrascrotale étant plus basse que celle du corps. Ceci aboutit à la création d’un gradient thermique entre le testicule et le corps, gradient qui existe déjà chez l’enfant impubère. En cas d’arrêt de la migration du testicule (cryptorchidie), la température du testicule cryptorchide est plus élevée que celle du testicule controlatéral normalement descendu. Il n’existe aucune donnée chez l’homme permettant d’affirmer que l’élévation de la température du testicule cryptorchide est responsable des perturbations de la spermatogénèse classiquement observées. Nous ne savons pas non plus si l’abaissement du testicule en situation scrotale permet le rétablissement d’une température testiculaire normale.

Les hommes adultes ayant un antécédent de cryptorchidie représentent environ 10% des hommes inféconds. Parmi ces hommes inféconds anciennement cryptorchides, 45% ont une température scrotale anormalement élevée. Cette élévation anormale de la température scrotale est un facteur de risque péjoratif pour ces hommes: ils ont des volumeticulaires plus petits, une production de spermatozoïdes moindre, et une fréquence de stérilité primaire plus élevée que les inféconds anciennement cryptorchides mais ayant des températures scrotales normales.

Mots clés

Cryptorchidietempérature testiculaireenfantadultespermatogénèsefertilité

Advertisement