Open Access

Bases moléculaires du mouvement flagellaire

  • J-L Gatti1 et
  • J-L Dacheux1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française5:BF03034299

https://doi.org/10.1007/BF03034299

Resume

Au cours de l’évolution, pour pouvoir se déplacer dans le milieu qui les entoure, les cellules ont développé des structures spécialisées: les cils et les flagelles. Ces structures qui produisent des successions d’ondes symétriques ou asymétriques, contiennent la même “machinerie” interne, l’axonème.

L’axonème est composé généralement de neuf doublets de microtubules externes entourant une paire centrale de microtubules. Le battement résulte d’un phénomène actif, dû à l’attachement temporaire des dynéine-ATPases d’un doublet externe au doublet adjacent. II se produit alors un glissement entre les doublets qui est transformé en courbure par les résistances de certaines structures axonémale. Les mécanismes moléculaires impliqués dans la génération du vouvement sont les même dans les cils et les flagelles, bien que les voies de contrôle de ces mécanismes puissent être différents.

Cette revue se présente en deux parties: la première est un rappel sur la composition de l’axonème incluant les récentes découvertes aux niveaux ultrastructural et biochimique, la seconde porte sur la mécanique du battement axonémal et présente le rôle de certaines des structures ou des protéines dans la génération du battement.

Mots clés

flagelles cils dyneines battement flagellaire spermatozoïdes

Advertisement