Open Access

Synthese de la table ronde: “Apport de la Prostaglandine E1 dans l’exploration et le traitement de l’impuissance”

Paris, 15 Octobre 1991
  • Michel Etcheverry1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française1:BF03034273

https://doi.org/10.1007/BF03034273

Resume

L’injection intracaverneuse de PGE1 permet d’obtenir 70% de réponses positives. La douleur n’est gênante que dans 5% des cas. Les érections prolongées sont rares, le priapisme exceptionnel. Aucune complication systémique ou générale n’a été observée. Le pharmaco-döppler et la pharmaco-cavernosométric sont à l’étude, après injection de 10 mcg. En auto injections, la fiabilité est bonne, dose-dépendante, et la tolérance parfaite à long terme. Utilisée comme traitement, en injections intracaverneuses répétées, une impression préliminaire favorable se dégage dans certaines indications (fuites veineuses, impuissance invétérée avec facteurs étiologiques mixtes. L’alprostadil s’impose peu à peu par sa fiabilité et son innocuité.

Mots clés

Prostaglandine E1PharmacotestsAuto-injectionsTolérance

Advertisement