Open Access

Apport de l’injection intracaverneuse de Prostaglandine E1 lors de la premiere consultation de l’impuissant: à propos de 414 cas

  • U. Calvet1,
  • B. Balza2,
  • N. Maillet3,
  • P. Leandri4,
  • G. Rossignol4,
  • J. R. Gautier4 et
  • J. Corraze1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française1:BF03034269

https://doi.org/10.1007/BF03034269

Résumé

Les auteurs rapportent 414 cas d’utilisation de la prostaglandine E1 en première intention. La dose utilisée dans la majorité des cas a été de 15 microgrammes, avec des réponses positives dans près de 80% des cas. L’acceptabilité et la régularité dans la pratique des auto-injections est faible (30 et 15%). L’intérêt de la prostaglandine E1 réside dans la rareté des complications, qu’il s’agisse de nodules, de déformations et surtout de priapisme.

Mots-clés

Prostaglandine E1Impuissance erectile

Advertisement