Skip to content

Advertisement

You're viewing the new version of our site. Please leave us feedback.

Learn more

Basic and Clinical Andrology

Open Access

Resultats preliminaires d’injections intracaverneuses d’un donneur d’oxyde d’azote (NO), la linsidomine, dans le traitement de l’impuissance

  • Christian G. Stief1,
  • Frédéric Holmquist2 et
  • Karl Eric Andersson2
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française1:BF03034179

https://doi.org/10.1007/BF03034179

Resume

Des études récentes faites aussi bien in vitro que in vivo ont montré que le facteur relaxant d’origine endothéliale (EDRF) joue un rôle important dans l’érection. Dans la mesure où l’oxyde d’azote (NO) semble responsable des propriétés biologiques de l’EDRF, nous avons étudié l’effet d’une injection intracaverneuse d’un donneur de NO (Linsodomine ou SIN-1, CORSAVAL intracoronaireR). Pour préciser la dose thérapeutique, nous avons injecté de 0.1 à 1 mg chez 8 patients. Quarante patients, incluant 4 cas présentant des érections prolongées après dose faible de l’association Papavérine-Phentolamine, ont ensuite reçu 1 mg de SIN-1. L’injection a induit une réponse érectile dose-dépendante. Nous n’avons pas observé d’effets secondaires locaux ou systémiques. Chez les cas qui présentaient des érections prolongées avec d’autres drogues vaso-actives la durée moyenne d’érection fut de 68 mn. Nos résultats préliminaires suggèrent l’intérêt du SIN-1 pour le traitement de l’impuissance. Sa demi-vie courte, et sa destruction spontanée dans les corps caverneux, devraient éviter les érections prolongées. Le fait que son action ne soit pas dépendante d’un récepteur, ce qui devrait permettre une relaxation cavemeuse maximale, et son prix modéré font également du SIN-1 une altenative attractive

Mots-clés

Impuissanceauto-injectionsEDRFoxyde d’azoteLinsidomie

Advertisement