Open Access

Modifications des comportements liés au SIDA

  • Bernard Quatelas1, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’andrologie de langue française4:BF03034732

DOI: 10.1007/BF03034732

Resume

Dés l’annonce de la séropositivité un certain nombre d’éléments apparaissent qui traduisent un bouleversement psychique chez l’individu. Ce “choc” psychique ne se manifeste pas toujours d’emblée. Lorsqu’il se montre c’est le plus souvent sous la forme de signifiants, c’est-à-dire des phonèmes, des mots représentant, symbolisant ce qui surgit à l’insu de l’individu, une vérité de son désir.

Le premier de ces éléments est le terme de Révélation.

Ce terme signifie moins la surprise que le décalage entre un “mode de vie “et ses conséquences. En effet il surgit de la bouche de ceux là mêmes qui devraient être le moins surpris tant le témoignage de leurs tranches de vie évoque une constante propension à se mettre régulièrement en danger. Ce terme nous fait entrer dans le champ du sacré, mais aussi dans celui de l’inconnu, du mystérieux et de l’expérience; c’est-à-dire toujours une “mise à l’épreuve”.

Autre signifiant, l’Esthétisation.

L’actualité médiatique fournit régulièrement des exemples jaillissants d’esthétisation. Par esthétisation il faut entendre autant d’écritures où le corps est livré au regard des autres. Souillure et culpabilité, baroud d’honneur, “sortie théâtrale”, fuite en avant, autant d’exemples de” profanation” ou de “rédemption”.

Autre signifiant, la Convocation.

Il s’agit d’une expérience de la demande. Souvent la vie de l’individu est jalonnée d’une série d’invocations et/ou de provocations avant que n’intervienne le virus qui, dans les représentations psychiques qu’il véhicule, fait changer de statut les demandes. C’est dans ce changement de statut qui touche même l’individu que le médecin peut puiser les éléments d’une pratique visant à occuper une fonction toute particulière propre à susciter des changements de comportements.

Révélation, Esthétisation, Convocation, ces trois signifiants s’inscrivent dans un processus où l’individu fonctionne dans une oscillation entre d’une part une position de sujet, c’est-à-dire avec un travail psychique fait d’hésitations, de manque, de désir, et d’autre part une position d’être, c’est-à-dire un agi, un agir où tout sens paraît absent.

Les notions de conduites à risque et de conduites ordaliques nous aident à mieux comprendre et à séparer tous ces comportements dont quelques uns aboutissent à une contamination. La conduite à risque est la conduite de “l’humaine condition”, comme le péché véniel définit l’humain, seule la conduite ordalique fait montre d’une tentative désespérée d’une rencontre avec une sorte de souveraineté, d’un au-delà non défini.

L’ensemble de ces remarques sur les modifications liées au SIDA peut donner lieu à une réflexion sur les M.S.T. en général où la notion de risque est rarement absente.

Mots clés

M.S.T. SIDA Psychanalyse ordalie

Advertisement