Open Access

L’impuissant, les injections intracaverneuses, et le sexologue: pour une prise en charge globale

  • Marie-Hélène Colson1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française5:BF03034308

DOI: 10.1007/BF03034308

Resume

La large diffusion actuelle des injections intra caverneuses (IIC) dans le domaine du traitement de l’impuissance amène le praticien confronté à ce type de pathologie, et le sexologue en particulier, à s’interroger sur la meilleure manière d’en maîtriser le maniement conceptuel et pratique. Depuis 1988, nous utilisons les IIC comme outil de thérapie cognitivo-comportementale. Notre expérience s’appuie à la fois sur un acquis pratique, mais aussi sur un modèle conceptuel de la sexualité qui en intègre les différentes composantes, réflexe, sensuelle et érotique, de manière interactive et dynamique. En replaçant l’IIC au sein d’un cadre d’utilisation cognitivo-comportemental simple à mettre en œuvre, nous lui permettons d’être non seulement symptômatique (sur la perte d’érection quelle qu’en soit l’origine), mais aussi d’accéder à une dimension thérapeutique véritable. Cette action d’enclenchement à terme d’un processus de guérison véritable, est rendu possible par la reprise de confiance en soi du sujet, par la gestion de l’angoisse et des comportements sexuels inadéquats, par la progression dans une dynamique de réussite. En s’appuyant sur les résultats concrètement visibles de l’injection, le patient retrouve ainsi ses possibilités sensuelles, érotiques et fantasmatiques, conditionnant le retour à une sexualité satisfaisante.

Mots clés

injections intracaverneuses thérapies cognitives

Advertisement