Open Access

Intérêt de l’utilisation de la Prostaglandine El pour le pharmacodoppler

  • A. Lemaire1 et
  • J. Buvat1
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française1:BF03034271

DOI: 10.1007/BF03034271

Résumé

Le Döppler a pris une place de plus en plus importante parmi les procédés non invasifs utilisés pour détecter les lésions des artères péniennes. Il constitue en effet un examen simple et peu coûteux. Cependant les renseignements fournis par le Döppler continu sont peu fiables. Le Döppler pulsé permet une exploration plus précise, notamment en permettant une détection des vaisseaux profonds comme les artères caverneuses et, pour les appareils de deuxièn génération, en permettant de quantifier plusieurs paramètres fonctionnels. L’association de l’échographie haute définition et le Döppler couleur permet un repérage encore plus rapide et fiable des vaisseaux, une mesure du diamètre artériel, et permet de limiter au maximum les artéfacts liés à l’angle sonde-axe du vaisseau. Cependant ces différentes explorations ne donnent des résultats fiables et reproductibles qu’à condition d’y associer une injection intra-caverneuse (IIC) de substance vaso-active (pharmacodöppler). Cette IIC les transforme en explorations semi-invasives et expose à un risque de priapisme. Mais elle augmente la sensibilité et la spécificité de l’examen en détectant des sténoses artérielles non décelables à l’état basal, en suggèrant l’existence de dysfonctions veino-occlusives, et en supprimant certaines vaso-constrictions liés au stress. Il faut cependant toujours garder à l’esprit que dans quelques cas, le stress peut inhiber la réponse à l’IIC et de ce fait fausser les résultats du pharmacodöppler. Pour notre part, nous utilisons en routine le Döppler pulsé après IIC de 10μg de Prostaglandine E1 (PGE1). L’utilisation de la PGE1 augmente la sécurité et peut-être la fiabilité de l’examen (moins de réponses faussement négatives). Les critères les plus fiables semblent pour l’appréciation du facteur artériel les vitesses systoliques maximales et l’index de résistance 5 mn après IIC, et pour l’appréciation du facteur veino-occlusif les vitesses dialostiques 15 mn après l’injection.

Mots clés

Döppler pulsé injection intracaverneuse papavérine prostaglandine E1 index de résistance vitesse systolique maximum dysfonction veino-occlusive faux négatif

Advertisement