Open Access

Revue rapide: 381 sujets impuissants, explores en 2 ans, dont 207 avec Prostaglandine E1

  • Michel Etcheverry1, 2 et
  • J. Tignol3, 2
AndrologieJournal officiel de la Société d’Andrologie de Langue Française1:BF03034270

DOI: 10.1007/BF03034270

Resume

Au cours des 2 dernières années, nous avons testé 381 patients. 179 avec Papavérine, 207 avec la PG E1. Les réponses positives sont plus fréquentes avec la PGE1 (76,8%) qu’avec la Papavérine (44.8%). La tolérance de la PGE1 a été bonne; elle provoque moins d’érections prolongées que la Papavérine. La douleur provoquée par l’IIC de PG E1 est pénible dans 10% des cas, mais toujours chez des impuissants psychogènes jeunes. Un essai de traitement par injections itératives a été tenté chez 49 patients choisis pour leur atteinte organique modérée. Les résultats sont intéresants, du fait d’une amélioration souvent rapide. Durant ces deux années, marquées par l’introduction de la PGE1 dans notre pratique, nous plavons opéré que 35 patients, dont 21 prothèses hydrauliques. Nous pensons que les effets intéressants de l’Alprostadil autorisent des essais thérapeutiques nouveaux, et facilitent le développement des auto-injections.

Mots clés

Prostaglandine E1 Pharmaco-tests Traitements intracaverneux

Advertisement